Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Randy, le chatbot de Randstad qui présélectionne les candidats sans CV ni formulaire

Après un an de tests, Randstad annonce ce 13 février 2019 le déploiement national de Randy, son chatbot intelligent et apprenant dédié au recrutement. Portrait de cet assistant virtuel plutôt bien pensé… et amené à grandir.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Randy, le chatbot de Randstad qui présélectionne les candidats sans CV ni formulaire
Randy, le chatbot de Randstad qui présélectionne les candidats sans CV ni formulaire © Randstad

Il a été élu chatbot de l’année lors du grand prix du Social Média 2018. Randy – c’est son nom – est l’assistant virtuel de recrutement du groupe Randstad. Après un an de tests dans 12 départements, le spécialiste des services en ressources humaines annonce ce 13 février 2019 son déploiement officiel au niveau national, soit 650 bureaux en France. Si Randy n’est pas le seul chatbot RH, c’est "l’un des chabots de recrutement les plus aboutis", assure François Beharel, président du Groupe Randstad en France.


"C’est le dernier né de notre transformation digitale, commente-t-il. Il ne se contente pas de répondre à deux ou trois questions basiques avant de basculer directement vers un consultant. Intelligent et apprenant, il crée une expérience nouvelle, plus fluide et plus transparente pour les candidats".  Autre avantage, Randy est disponible 24h/24 et 7j/7. Un critère important pour le Groupe Randstad qui capte ainsi les candidats en dehors des horaires de bureau.


Un chatbot qui préqualifie les candidats sous forme de gaminG

Pas de besoin de CV, ni de formulaire à remplir, Randy pré-qualifie les candidats via un système de gamification. A titre d’exemple, si vous recherchez un poste de comptable, après vous avoir demandé la zone géographique recherchée, Randy va vous adresser une série de questions, sous forme de quiz, sur le métier. Le "process" se poursuit par d’autres questions plus classiques sur votre expérience dans le métier, le type de contrat recherché (CDD, CDI, intérim), votre disponibilité… Avant de passer aux résultats, Randy affiche les offres d’emploi correspondantes, puis suggère de laisser votre numéro de téléphone pour être contacté par un conseiller. Pour aller plus loin et compléter votre profil, des tests de personnalité sont aussi proposés.


A l’issue de l’interaction, le chatbot attribue un "score" (non visible par le candidat), basé sur des critères d’urgence et les besoins actuels du bassin d’emploi. Dans la logique "Tech and Touch" du groupe, ces profils présélectionnés sont ensuite envoyés aux consultants qui les recontactent – sur accord préalable du candidat – sous 48 heures.

 



Un projet mené en mode open innovation

Pour ce projet, Randstad s’est appuyé sur plusieurs partenaires externes : Illuin Technology, start-up spécialiste de l’IA au capital de laquelle le groupe est entré courant septembre 2018 ; et Pymetrics, l’un des 15 start-up RH de Randstad Innovation Fund, experte en neurosciences et qui a notamment développé les modules de gamification.


Côté budget, "ce n’est pas si cher", indique Franços Beharel. Le plus dur, selon lui, a été "le biais algorithmique". "Car ce qui est compliqué, c’est d’élaborer le bon scénario et le process pour sélectionner les bons candidats…", exprime-t-il.  Puis d’intégrer le tout dans les systèmes du groupe.


Randy, un assistant virtuel apprenant

Les premiers résultats sont en tout cas concluants. En 6 mois, Randy comptabilisait déjà 30 000 conversations, 400 000 messages, et un temps moyen de 23 minutes d’échanges par session. Et ce, pour 17 métiers. Uniquement présent sur Facebook Messenger – autrement dit là où se trouvent les candidats de ce type de métiers, selon le groupe – le chatbot devrait être déployé dans un second temps sur le Web puis aux autres plateformes du groupe. A terme, les consultants pourront également s’adresser directement à Randy pour sélectionner des candidats dans la base de Randstad.


Car l’idée de Randstad est bien de faire monter Randy en compétences et en puissance. Si sa fiche de poste n’est pas totalement définie, le chatbot devrait s’enrichir petit à petit de nouvelles fonctionnalités. "Nous souhaitons ajouter des briques d’intelligence émotionnelle, de la voix et de la vidéo", précise François Beharel. Avec la possibilité de poster des films, Randstad veut notamment proposer des conseils sur la posture du candidat, le comportement à adopter en entretien.


Preuve de l’ambition du groupe, ces sujets sont inscrits au programme de la chaire sur l’intelligence artificielle et le recrutement créée en association avec CentraleSupélec en novembre 2018. Un partenariat académique sur lequel compte Randstad pour "aller plus loin dans la recherche algorithmique" dans le domaine des RH.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale