Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Rapport de l'Anses : les ondes sont disculpées mais les smartphones accusés de stress et de burn-out

Au-delà de l'impact sur la santé des ondes électromagnétiques issues des technologies mobiles, l'Anses veut étudier les risques psycho-sociaux liés aux usages des nouvelles technologies.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Rapport de l'Anses : les ondes sont disculpées mais les smartphones accusés de stress et de burn-out
Rapport de l'Anses : les ondes sont disculpées mais les smartphones accusés de stress et de burn-out © D.R. - RIM

Alors qu'elle vient de rendre son avis sur l'impact sur la santé des ondes électromagnétiques, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé qu'elle étudierait désormais un autre type de risques liés aux nouvelles technologies. En effet, si la possibilité d'avoir un cancer du cerveau du fait d'une utilisation intensive du mobile n'est toujours pas avérée, l'usage des smartphones et autres tablettes pourrait bien soumettre l'esprit humain à des risques psycho-sociaux que l'agence ne veut pas écarter. Elle va, en premier lieu, demander davantage d'études sur le sommeil car certains tests laissent penser que l'usage d'appareils connectés augmenteraient les phases de sommeil paradoxal.

Virtualisation des relations

Mais elle va aussi s'intéresser aux addictions dans la vie privée et surtout aux risques psycho-sociaux dans le cadre professionnel. Le rapport dévoilé ce 15 octobre évoque d'ores et déjà le stress, la fatigue et même le syndrome du burn-out. "Nous n'avons aucune réponse à la question d'un éventuel impact, tient néanmoins à préciser Martine Hours, présidente du Comité d'experts spécialisés. Mais c'est une demande qui vient de la base. En particulier de la médecine du travail qui s'interroge sur le rajout en charge mentale, en stress au travail, etc., associé directement aux technologies." Pour l'agence, l'introduction par l'usage de ces dernières, de la virtualisation des relations quel que soit l'espace collectif de travail pourrait être une des sources de stress. Reste pour l'Anses à identifier les études qui traiteraient de ce phénomène sans doute encore plus difficile à démontrer que l'éventuel danger des ondes électromagnétiques.

Emmanuelle Delsol

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.