Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Rapprocher magasin et entrepôt, le pari réussi de la start-up OneStock

La solution mise au point par OneStock, qui permet de donner une vision unifiée des stocks, ne cesse de conquérir de nouveaux clients dans le retail, à l’image des enseignes Pimkie, Orchestra et bientôt dans le secteur du luxe.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Rapprocher magasin et entrepôt, le pari réussi de la start-up OneStock
Pimkie a sélectionné OneStock pour gérer la problématique du Click&Collect. © Leonhard Foeger

Revenu il y a quelques semaines du NRF 2019 où sa start-up avait été sélectionnée pour exposer sur le pavillon French Tech, Romulus Grigoras, CEO et fondateur de OneStock, a de quoi se réjouir. Outre son développement en Italie et un début d’activité probable aux Etats-Unis en 2019, sa solution vient d’être adoptée par les enseignes Pimkie et Orchestra, et elle intéresse fortement de grands noms du luxe. Son principe : donner une vision unifiée des stocks de références afin d’éviter les ruptures, l’allongement des délais de livraison ou encore la gestion des surplus. Cet outil, qui concerne autant l’approvisionnement en boutiques physiques que sur les sites marchands, "permet d’accompagner les commerçants dans leur transformation digitale afin qu’ils deviennent des retailers omnicanaux intégrés", résume-t-il.

 

La solution imaginée par OneStock est née d’un constat : alors qu’en ligne l’indisponibilité des produits ne cesse d’augmenter, le nombre d’invendus en magasins renvoyés à l’entrepôt en fin de saison croît significativement. Au-delà de l’irritant pour le client qui ne peut pas acheter le produit souhaité, l’enjeu pour le commerçant est majeur : comment jongler entre les stocks de références présentes en boutiques, le stock web et le stock wholesale ? La plateforme, un OMS (Order Management System), est donc une solution d’optimisation des stocks. Basée sur des algorithmes auto-apprenants et des règles métiers personnalisables, OneStock aiguille les envois depuis le point de stockage pouvant honorer la totalité de la commande.

 

Réduire les délais et coûts de livraison

 

Chez Pimkie, la problématique était liée au sujet du Click&Collect. La solution permet à l'enseigne de sélectionner le point d’approvisionnement le plus pertinent (stock du magasin de retrait, d’un magasin à proximité, des différents entrepôts ou autres) et donc de réduire le délai et le coût de livraison. Une optimisation possible "y compris lorsque la commande contient trois références acheminées depuis des points d’approvisionnement différents", détaille Romulus Grigoras.

 

L’enjeu pour Orchestra, qui possède un réseau de plus de 600 magasins dans 40 pays, et un site e-commerce décliné dans une dizaine de pays, était différent. La solution devait être multi-entrepôts et multi-pays. Le site e-commerce Orchestra s’approvisionnait jusqu'alors uniquement dans un entrepôt dédié possédant un assortiment axé essentiellement sur le textile et peu sur la puériculture. Grâce à l’unification des stocks, l'outil Ship From Store permet désormais un approvisionnement d’un second entrepôt spécialisé dans l'univers puériculture, mais aussi de son réseau international de magasins. Le site e-commerce pourra donc très bientôt offrir une gamme puériculture beaucoup plus étoffée.


Au niveau international, les expéditions depuis les boutiques locales sont privilégiées aux entrepôts français, réduisant là encore les délais et coûts de livraison. Pour parfaire le dispositif, le picking est optimisé avec l'outil Store As A Warehouse, qui permet d’accompagner, au sein de magasins pouvant atteindre 5 000 m², le personnel de vente avec un outil flexible permettant de traiter facilement les expéditions des commandes provenant d'autres canaux, via la mise en place de process de picking, de consolidation et de colisage des commandes.

 

Externaliser la gestion des stocks

 

La start-up, dont le siège est basé à Toulouse, ne travaille pas qu’avec les enseignes de textile, bien qu’elles constituent sa clientèle historique. Truffaut a également adopté cette solution, qui permet de traiter les références quel que soit leur volume. L’outil est évolutif, et s’enrichit de dispositifs complémentaires tels que les tablettes vendeurs qui permettent au personnel de vente d’accéder de façon globale aux stocks disponibles en temps réel.

 

OneStock, qui a conquis 18 nouveaux clients en 2018, dont Intersport, Jules, Brice, Camaïeu, Ollygan, ou encore Natalys, affiche une croissance de 75%, sans préciser son chiffre d'affaires. Elle dispose de solides arguments pour convaincre les retailers d'externaliser la gestion de leurs stocks. La marque de jean Kaporal a ainsi réalisé en moyenne 12 à 14% de chiffre d'affaires supplémentaire grâce au déploiement du Ship From Store et la moyenne d’indisponibilité a chuté de 21% à 7% sur une quinzaine de boutiques.


La jeune pousse revendique 653 boutiques physiques utilisant l’application vendeur OneStock en Europe, et annonce 127 millions d'euros générés grâce au Ship From Store, 2,2 millions d’articles expédiés grâce au Ship From Store et 180 000 articles collectés grâce au Click&Collect. La start-up toulousaine se heurte cependant à une forme de concurrence assez inattendue. "Certains retailers pensent que la gestion des stocks doit être traitée en interne, admet son fondateur. Il faut les convaincre que c’est un métier à part entière, qui demande une véritable expertise technologique". 

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale