Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Réalité augmentée : Lenovo intègre le contrôle gestuel à son casque ThinkReality A6

Le casque de réalité augmentée de Lenovo, le ThinkReality A6, peut désormais être contrôlé par les gestes. Une fonctionnalité qui réhausse son intérêt face à des concurrents comme Microsoft HoloLens 2. Le fabricant chinois a choisi pour l'occasion la technologie de la PME bordelaise Clay AIR.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Réalité augmentée : Lenovo intègre le contrôle gestuel à son casque ThinkReality A6
Réalité augmentée : Lenovo intègre le contrôle gestuel à son casque ThinkReality A6 © Lenovo

La société française Clay AIR, basée à Bordeaux, a annoncé le 6 mai que sa technologie de suivi des mains (hand tracking) est désormais embarquée dans le casque de réalité augmentée ThinkReality A6 de Lenovo. L'appareil, qui se destine aux usages professionnels dans la même veine que l'HoloLens 2 de Microsoft, avait été dévoilé en mai 2019.

Le contrôle gestuel, une fonctionnalité essentielle

Le suivi des mains et la capacité de faire du contrôle gestuel sont essentiels pour ces casques. En effet, ils sont généralement positionnés comme des outils d'aide aux métiers manuels, plus pratiques que les tablettes car ils peuvent être utilisés tout en gardant les mains libres.

Le ThinkReality A6 était livré à la base avec un contrôleur dont les mouvements sont suivis sur trois axes (3DoF), et ces nouvelles fonctionnalités augmentent donc considérablement son intérêt. On compte parmi les 40 gestes que le ThinkReality A6 peut désormais reconnaître Grab, Swipe, Flip et Pinch. Ils sont tous accessibles aux développeurs tiers souhaitant s'en servir dans leurs applications.

Lenovo n'est pas à prendre à la légère

Le Lenovo ThinkReality A6 apparaît de plus en plus comme un compétiteur à prendre au sérieux sur le marché de la réalité augmentée pour le monde professionnel. L'appareil utilise un système d'affichage par guide d'ondes avec une résolution de 1920 x 1080 pixels par œil et un champ de vision diagonal de 40° (format 16:9). Il pèse moins de 380 grammes car sa puissance de calcul est déportée dans un boîtier fixé à la ceinture. Il contient une puce Qualcomm Snapdragon 845 et un VPU signé Intel Movidius, qui sont alimentés par une batterie amovible de 6800 mAh qui permet une autonomie de quatre heures. Il peut aussi lire les codes-barres et le boîtier est équipé d'un lecteur de cartes à puce (compatible RFID et NFC). L'Usine Digitale a pu faire l'essai du casque l'année dernière, et nous avions été convaincu par sa qualité visuelle.

Clay AIR, une pépite française

La technologie de Clay AIR a l'avantage, comparé à des concurrents comme Ultraleap, de ne pas nécessiter de capteur dédié. Une simple caméra peut suffire, les images étant ensuite traitées à l'aide de machine learning. Le tout avec une faible consommation de ressources computationnelles. Dans le cas spécifique du ThinkReality A6, c'est la caméra Time-of-Flight du casque qui est utilisée. C'est ce qui a poussé Qualcomm à l'intégrer à sa liste de fournisseurs partenaires pour la réalité virtuelle et augmentée fin 2018. Cette alliance avec Qualcomm porte désormais ses fruits. En mars 2020, c'est un autre client de Qualcomm, le fabricant de lunettes nReal, qui avait annoncé un partenariat avec Clay AIR.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media