Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Réalité augmentée : "Nos clients déploient des solutions en production à grande échelle", explique PTC

Entretien L'éditeur américain PTC est aujourd'hui l'un des leaders du marché de la réalité augmentée avec ses produits Vuforia. L'Usine Digitale a profité de la conférence Liveworx 2019 pour s'entretenir avec Hillary Ashton, executive vice president pour la réalité augmentée chez PTC, afin de faire le point sur les projets et la stratégie de l'entreprise.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Réalité augmentée : Nos clients déploient des solutions en production à grande échelle, explique PTC
Réalité augmentée : "Nos clients déploient des solutions en production à grande échelle", explique PTC © PTC

L'Usine Digitale : Quelle est votre stratégie de développement en matière de réalité augmentée ?

Hillary Ashton : Nous avons différents produits pour différents besoins. Remote Assistance, Expert Capture, Vuforia Studio (basé sur la CAO)... Nous avons 55% de parts de marché avec le Vuforia Engine sur les app stores iOS et Android. Et bien sûr il y a l'intégration profonde avec nos logiciels de CAO et PLM qui nous apporte beaucoup, sans oublier ThingWorx pour l'IoT. La réalité augmentée est aussi un très bon point d'entrée chez les clients pour nous car elle ne requiert que très peu d'infrastructure pour être déployée.

 

Cherchez-vous à atteindre de nouveaux marchés ?

Les processus de fabrication, les semiconducteurs et les produits pharmaceutiques sont de nouveaux marchés sur lesquels nous sommes entrés grâce à la réalité augmentée. La demande venant de ces acteurs est très forte. Et les autres marchés ne sont pas en reste. Coca-Cola et McDonald's sont de grands clients pour nous dans le secteur agroalimentaire par exemple, et il y a aussi des sociétés comme Lego pour le marché du jouet. Cela nous permet d'acquérir des clients qui n'ont pas besoin de nos solutions CAO ou PLM.

 

Comptez-vous sur une croissance explosive du marché de la réalité augmentée dans les années qui viennent ?

C'est un marché qui accélère. Nous avons une croissance de plus de 80%...

 

Cela correspond à quoi, environ 50 millions de dollars de revenus ?

Dans ces eaux-là. Nous sommes très satisfaits de nos résultats, ils dépassent nos attentes. Mais l'élément déterminant est que nous voyons des clients déployer des solutions en production à grande échelle. A l'heure actuelle notre objectif est de répliquer ces succès. Notre approche est aussi devenue plus prescriptive, nous recommandons des solutions spécifiques en fonction des besoins du client. Cela contribue beaucoup aux succès que nous avons rencontrés.

 

Votre nouvelle solution Vuforia Expert Capture fonctionne avec HoloLens, mais elle est en compétition directe avec Microsoft Dynamics 365 Guides. Comment faites-vous pour vous démarquer ?

Nous nous focalisons sur notre cœur de cible : l'industrie. Nous avons un partenariat très fort avec Microsoft, ils nous ont récemment élu partenaire de l'année pour la réalité mixte. Ils ont clairement besoin que les gens créent du contenu pour HoloLens 2 car ce n'est pas chose aisée. Et cela augmente par ailleurs la consommation de services Azure. Nos deux entreprises sont conscientes qu'avoir un écosystème fort est important sur ce marché. Dynamics 365 Guides est une super application, mais elle n'est pas en concurrence avec ce que nous proposons. Il s'agit plus d'un exemple de cas d'usage que d'une offre véritablement compétitive.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur la start-up TWNKLS que vous venez de racheter ?

Ils ont entre autres créé l'application Ikea Place, et on ne peut pas le savoir juste en utilisant l'application, mais ils ont fait un travail incroyable au niveau du backend. Un client aux Etats-Unis ne voit que le mobilier disponible aux Etats-Unis, et tout se fait de façon automatique. Nous voulions apporter cette valeur ajoutée à nos clients. Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. Ils ont aussi réalisé l'application Ferrari, plus d'autres expériences plus orientées industrie. C'est avant tout une acquisition de talents qui nous apporte de nouvelles compétences.

 

Cela pourrait être l'occasion de faire une incursion sur le marché du retail...

Ce n'est pas l'objectif, nous restons concentrés sur l'industrie, mais il ne faut jamais dire jamais.

 

Vous venez d'annoncer un partenariat avec Matterport pour la virtualisation des espaces. Où seront stockées ces données ? Matterport base son business model sur son cloud, or les industriels risquent de ne pas vouloir y stocker les plans détaillés de leurs usines...

Nous venons tout juste d'annoncer ce partenariat. Nous sommes encore en cours de discussion avec eux concernant les détails. Effectivement, un certain nombre de nos clients ne serait pas intéressé par cette méthode de stockage des données. Nous allons trouver une solution.

 

Magic Leap est présent sur l'espace d'exposition de Liveworx cette année. La compatibilité des produits Vuforia avec le casque Magic Leap One est-elle en projet ?

Nous collaborons étroitement avec eux pour comprendre comment nos solutions logicielles peuvent fonctionner sur leurs produits. Nous avons eu des discussions stratégiques, notamment depuis qu'ils ont ouvert leur écosystème. Mais nos choix côté matériel restent centrés sur les demandes de nos clients. Tout dépend de ce qu'ils veulent. Nos clients adorent HoloLens, mais certains avaient des besoins différents et nous avons donc ajouté d'autres produits, comme RealWear. Nous continuerons à l'avenir à supporter différents appareils en fonction des demandes de nos clients.

 

Avez-vous du nouveau sur les travaux du PTC Reality Lab et notamment de l'application Reality Editor qui avait été présentée l'année dernière ?

Pas de date à communiquer pour le moment, mais nous travaillons étroitement avec eux.

 

Quels sont vos chantiers actuels ?

Nous travaillons à l'industrialisation de nos solutions. Nous voulons créer une suite unifiée de solutions pour l'entreprise. Cela sera effectif dès l'année prochaine. L'intégration de Vuforia Chalk dans Vuforia View fait partie de ce processus. Nous allons aussi intégrer ces solutions plus en profondeur avec nos outils de PLM. Au niveau des marchés, nous allons rester focalisé sur la fabrication et les services dans un premier temps. Par la suite nous nous étendrons aux domaines des ventes et du marketing. L'idée est de créer une maquette 3D une fois puis de la réutiliser sur l'ensemble de la chaîne. Nous explorons aussi les expériences multi-utilisateurs.

 

Avez-vous envisagé la création d'un "asset store" pour la réalité augmentée ?

Notre expertise en matière de PLM s'y prêterait bien, en effet. Je vous donne rendez-vous en 2020.

 

Aucun projet en matière de réalité virtuelle ?

Nous gardons un oeil sur la réalité virtuelle, et nous écoutons évidemment ce que nous disent nos clients. A l'heure actuelle nous n'avons pas une demande suffisante pour industrialiser une solution, mais plusieurs de nos produits ont du potentiel pour la réalité virtuelle, comme le Digital Twin par exemple. Nous allons continuer à sonder le marché, et si un besoin réel émerge, alors nous investirons, mais ce n'est pas le cas pour le moment.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media