Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Réalité virtuelle : Tilt Brush passe en open source alors que Google en arrête le développement

Nouveau départ pour Tilt Brush, l'une des applications qui a démontré le potentiel de la réalité virtuelle lors du renouveau de la technologie au début des années 2010. Le projet, qui avait été racheté par Google en 2015, passe désormais en open source. Un scénario idéal, car l'alternative aurait été son arrêt pur et simple.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Réalité virtuelle : Tilt Brush passe en open source alors que Google en arrête le développement
Réalité virtuelle : Tilt Brush passe en open source alors que Google en arrête le développement © Google

Google a mis un terme au développement de l'application de peinture 3D Tilt Brush. Plutôt que de laisser périr le projet, ses développeurs ont réussi à le faire passer en open source afin qu'il appartienne désormais à la communauté. Le code se trouve sur GitHub. L'annonce a été faite sur Twitter le 26 janvier au soir par Patrick Hackett, cocréateur de Tilt Brush. Il vient lui-même de quitter l'entreprise. Il va travailler en tant qu'indépendant avec le studio belge I-Illusions.

Cette nouvelle est douce-amère. L'arrêt du support de Tilt Brush par Google reflète le désintérêt manifeste de l'entreprise pour les technologies de réalité virtuelle et augmentée, dans lesquelles elle avait investi il y a cinq ans pour faire face à l'ambition de Facebook. Tilt Brush n'est que le dernier projet en date à en subir les conséquences. Son projet d'écosystème Daydream est abandonné, sa plateforme d'hébergement de modèles 3D, Poly, fermera fin juin.

Une application symbolique de la renaissance de la VR
En 2014, alors que les toutes premières expériences de réalité virtuelle "nouvelle génération" émergent, le petit studio Skillman & Hackett se fait remarquer avec un outil de peinture en trois dimensions baptisé Tilt Brush. Les grands acteurs technologiques se positionnent alors sur cette technologie émergente, et Google rachète la start-up en 2015 pour une somme non divulguée. La popularité de Tilt Brush n'a pas diminué depuis. L'outil, gratuit, continue d'être utilisé par de nombreux artistes à ce jour.
 


L'open source était le meilleur scénario possible
Son passage en open source est cependant la meilleure issue possible. L'alternative était l'arrêt pur et simple du projet. Il pourra désormais trouver une seconde vie si la communauté décide de s'en emparer et d'en poursuivre le développement. Facebook, plus grand acteur de secteur AR/VR à l'heure actuelle, a aussi eu à faire des choix difficiles. Medium, son application de sculpture en VR, a été revendue à Adobe fin 2019. Un choix stratégique qui a permis à l'application de continuer à être développée au sein d'une entreprise aux intérêts et au business model sans doute plus adaptés.

A la fermeture d'Oculus Story Studio en 2017, Facebook avait également envisagé d'arrêter le développement de Quill, son application de dessin et animation VR, et éventuellement de passer le projet en open source. Mais il a finalement préféré en poursuivre le développement en interne. A voir combien de temps cela durera. Outre ces projets, l'une des applications de création VR les plus populaires du marché aujourd'hui est Gravity Sketch, fruit du travail d'un développeur indépendant.

Rien ne change pour Owlchemy Labs
L'arrêt du développement de Tilt Brush par Google pose la question du futur de ses autres équipes dédiées à la réalité virtuelle. Il y a notamment Google Blocks, une autre application de création dont le sort sera au mieux le même que celui de Tilt Brush. Mais aussi et surtout Owlchemy Labs, un studio de jeux vidéo racheté par Google en 2017 et responsable des excellents Job Simulator et Vacation Simulator.

Suite aux questions soulevées par L'Usine Digitale sur Twitter, Devin Reimer, le directeur de l'entreprise, a publié une mise au point indiquant que rien ne change pour l'entreprise, qu'elle continue à grandir, et qu'il a hâte d'annoncer leur prochain gros projet.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.