Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Recherche française en robotique : en quête du chaînon manquant

La recherche française en robotique, bien placée au niveau mondial, s’organise pour développer des synergies avec les industriels.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Recherche française en robotique : en quête du chaînon manquant
Le Lirmm, une unité mixte de recherche à Montpellier, est associé au programme Robotex. © Lirmm

Pour faire un bon robot, il faut autant de connaissances théoriques que d’essais pratiques. La recherche française est reconnue dans le monde, ses laboratoires sont classés quatrièmes en termes de publications scientifiques. Avec notamment les 1 300 chercheurs et ingénieurs réunis au sein du Groupement de recherche en robotique (GdR), fondé en 2007, elle a les moyens de tenir son rang. Le CEA, qui a d’abord développé de la robotique pour le nucléaire, est devenu un centre de compétences en cobotique. Pour autant, la quantité et la qualité de la production scientifique ne suffisent pas à créer et à soutenir une filière industrielle.

 

"Dans la robotique mobile, la France est historiquement bien placée, mais les avancées technologiques récentes sur les véhicules autonomes viennent souvent d’Allemagne ou des États-Unis", regrette Philippe Bonnifait, le directeur du GdR, qui estime cependant que les laboratoires français ont les moyens de rebondir dans le secteur des véhicules autonomes. Constat qui vaut aussi pour d’autres domaines en plein essor, comme la robotique médicale, et plus généralement les applications nécessitant des interactions entre les robots et les êtres humains. Ces thématiques sont au centre des travaux du GdR et font partie du programme de Robotex, le réseau national de plates-formes expérimentales de robotique, financé par les investissements d’avenir.

 

Un réseau au service des projets collaboratifs

 

Robotex achève ce mois-ci une phase d’investissement de 8 millions d’euros. Quinze laboratoires mettent en commun leurs moyens pour tester les systèmes robotiques. Parmi les équipements achetés, de nombreux robots, bien sûr, mais aussi des infrastructures, comme la piste d’essais de véhicules autonomes de l’UTC (Compiègne) ou l’arène de vols pour mini-drones de l’Institut des sciences du mouvement (CNRS-université d’Aix-Marseille). Ces moyens servent également à des coopérations industrielles. Les chercheurs ont ainsi testé des algorithmes de vision et de marche grâce à trois robots humanoïdes Romeo de la société Aldebaran Robotics. À l’UTC, des véhicules Zoé modifiés par Renault ont servi de base à des expérimentations.

 

Les dirigeants de l’Equipex aimeraient maintenant resserrer leurs liens avec le monde industriel. "Il faut rendre visibles les compétences du réseau et structurer notre offre de services en direction des industriels", précise Michel de Mathelin, responsable de Robotex et directeur du laboratoire ICube de l’université de Strasbourg. Un portail sur le web serait un premier pas, indique-t-il, avant de projeter : "Pourquoi ne pas embaucher un business developer ?" Sauf que le financement de ce type d’initiative n’est pas prévu dans un Equipex… Robotex, par ailleurs, forme de nombreux doctorants et stagiaires à l’utilisation de ses plates-formes. Là encore, c’est une ressource potentielle pour les industriels, alors même que les formations spécialisées en robotique sont plutôt rares dans le système éducatif français.

 

Cinq plates-formes expérimentales

Robotex constitue un équipement d’excellence (Equipex), financé dans le cadre des investissements d’avenir. Il comprend cinq plates-formes expérimentales mises en commun par les différents laboratoires de robotique répartis dans toute la France.

RobProd (robotique de production) : manipulation et dextérité, accélération et précision, usinage.

RobMob (robotique mobile) : véhicules autonomes et mini-drones.

RobMed (robotique médicale) : dispositifs chirurgicaux, planification, interactions.

MicroRob (microrobotique) : manipulation et assemblage d’objets micro ou nanoscopiques.

Rhin (robotique humanoïde et interactions naturelles) : robots anthropomorphes et interactions avec les humains.

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media