Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Recital, spécialiste du traitement automatique du langage, lève 3,5 millions d’euros

Levée de fonds Première levée de fonds pour Recital, start-up créée il y a deux ans et spécialiste du traitement automatique du langage. La société parisienne, qui travaille avec CNP Assurances, Crédit Agricole et Etalab, veut accélérer son déploiement commercial.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Recital, spécialiste du traitement automatique du langage, lève 3,5 millions d’euros
Gilles Moyse et Frédéric Allary, fondateurs de la start-up Recital. © Recital

La start-up française Recital, spécialisée dans les solutions d'analyse et recherche de documents, annonce ce 10 septembre avoir bouclé sa toute première levée de fonds, d’un montant de 3,5 millions d’euros, auprès du fonds d’investissement Breega (Exotec Solutions, Ibanfirst ou encore Curve).

Ce financement doit lui permettre d’accélérer son développement pour devenir "la plateforme de référence de la recherche, l’extraction et l’automatisation des bases et flux documentaires", selon la start-up.

500 pages analysées en une minute
Fondée en 2017 par Gilles Moyse, docteur en intelligence artificielle, et Frédéric Allary, spécialiste des médias passé par les Inrocks et Le Parisien, Recital propose des solutions s’appuyant sur le traitement automatique du langage (TAL ou NLP pour Natural Language Processing) appliqués aux documents non structurés, comme les emails et contrats.

La technologie permet ainsi de rechercher des informations, d’analyser des contrats, de traiter des flux d’emails ou encore d’évaluer des risques. Elle sert à rechercher rapidement et retrouver tout document texte, comme par exemple un taux de franchise ou une condition de souscription, sur une simple requête en langage naturel. L’outil permet d’analyser 500 pages en une minute.

Alors que les ERP (Enterprise Resource Planning) et CRM (Customer Relationship Management) ont considérablement amélioré le traitement des données structurées, Recital a mis au point une technologie à base de deep learning dédiée à la compréhension et l’analyse de textes. L’objectif est d’automatiser les processus à faible valeur ajoutée et de transformer les données non structurées en avantage compétitif pour les entreprises.

Adresser les petites entreprises
La priorité de Recital est de finaliser sa nouvelle plateforme de Document Intelligence et d’accélérer son déploiement commercial. La start-up, qui a déjà convaincu de grands comptes (CNP Assurances sur le traitement des emails, Crédit Agricole, ainsi que l’organisme public Etalab) avec sa solution On-Premise, souhaite désormais adresser également les petites entreprises, comme les courtiers, en proposant un logiciel SaaS. Elle réfléchit aussi à de nouvelles fonctionnalités comme l’anonymisation des documents et la détection des données personnelles, qui peut se révéler très pertinente à l’heure du RGPD, ou de données bancaires.

Dotée d’une équipe de 25 collaborateurs dont six PhD et d’un comité scientifique où siègent Stuart Russell, professeur d’IA à UC Berkeley et Antoine Bordes, co-managing director de Facebook AI Research, la start-up recrute actuellement des commerciaux, des directeurs de projets et des développeurs. Ses solutions sont utilisées par plus de 40 000 utilisateurs actifs.

Bien que la solution se veuille accessible à tous les collaborateurs et facile à implémenter dans l’écosystème des entreprises, "un accompagnement est nécessaire", explique Gilles Moyse. Une nécessité qui freine, à l’heure de pandémie de Covid-19 et de la réduction des déplacements, les ambitions de la jeune pousse aux Etats-Unis. Ses priorités sont désormais européennes, et elle a d'ores et déjà noué un partenariat au Luxembourg.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media