Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Recrutement de talents pénuriques, des solutions existent : en voici (au moins) 5

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Tribune Si la pénurie de compétences est avérée, elle ne signifie pas que les entreprises sont impuissantes à y répondre. Makram Torkhani, directeur général de Yatedo, esquisse quatre pistes pour dénicher ceux qu'on croyait ne plus pouvoir trouver. Du bon sens et de la méthode devraient faire l'affaire. 

Recrutement de talents pénuriques, des solutions existent : en voici (au moins) 5
La perle rare que vous cherchiez, vous l'avez trouvée. Reste à signer le contrat de travail. © Fotolia
La pénurie de talents est un phénomène mondial avéré, elle est à ce jour à son plus haut niveau depuis la récession. Dans le monde, en moyenne, 40% des employeurs éprouvent des difficultés de recrutement. Malgré le nombre important de chômeurs en France, 23% des employeurs interrogés en 2016 par Manpower sont confrontés à un problème majeur sur certains postes, impossible de trouver le talent qui convient à leur recherche. Oui mais pourquoi ? Nous nous sommes penchés sur 4 points.
 
1/ Pensez au bien être de votre futur talent
Tout d’abord, les candidats sont de plus en plus exigeants, ils ont des vies bien remplies et n'ont pas forcément envie de perdre leur temps dans les transports, ils privilégieront donc un travail à proximité de leur domicile. Ils cherchent aussi parfois une grande entreprise avec un salaire au niveau de leurs attentes, ou sont parfois très arrêtés sur un secteur d’activité et ne veulent pas sortir des sentiers battus.
 
Si vous n’êtes pas une grande entreprise, mettez en avant vos locaux et le cadre de travail que vous pouvez offrir à un futur talent, un endroit agréable à vivre peut faire la différence, d’autant plus quand on y passe 8 heures par jour minimum !
Concernant les temps de trajet, pensez à proposer le télétravail, les salariés sont de plus en nombreux à y être favorables : 79 % estiment que le télétravail est une bonne chose pour réduire le temps de trajet. Cette perception est d’autant plus importante chez les franciliens (83 %), d’après une étude Ipsos/Revolution@work.
 
2/ Repensez vos annonces
Alors oui, les candidats sont exigeants, mais nous pouvons également nous remettre en question : et si nos annonces ne leur faisaient pas envie ? Elles sont pour la plupart rédigées de la même manière et un candidat qui passe plusieurs heures à chercher un travail a l’impression de lire à chaque fois la même annonce. Et avouons-le, c’est un peu désespérant ! En plus de cela, on cherche toujours le mouton à 5 pattes, le candidat expérimenté, bardé de diplômes… et si on se fiait un peu plus au savoir-être de celui-ci par exemple ? Alors soyez créatifs, lancez-vous et rédigez des annonces qui sortent du lot, vous aurez beaucoup plus de réponses.
 
3/ Voyez plus large
De plus, les intitulés de postes peuvent varier d’une entreprise à une autre, ou d’un candidat à un autre. A cause de cela, talents et recruteurs passent parfois à côté d’une belle opportunité. N’hésitez pas à vous renseigner en amont sur les différents termes possibles pour un même poste, voire même vous attarder sur les expériences de certains candidats qui pourraient avoir effectué des tâches qui vous intéressent et qui ne correspondraient pas forcément à l’intitulé de leur CV ou encore avoir le potentiel requis pour un poste.
Certains algorithmes sont capables de détecter le potentiel des candidats, ce qui peut vous faire gagner du temps. Notamment grâce à des filtres "poste similaire" qui permettent de détecter les candidats correspondant à votre recherche.
 
4/ Pensez web et pas uniquement jobboards
Ensuite, qui dit profil pénurique dit candidat rare. Il existe deux types de profils rares. On se trouve d’une part, avec l’émergence des nouveaux métiers, face à un manque de candidats formés et qualifiés. D’autre part, face à des candidats inactifs dans la recherche d’emploi donc absents des jobboards et CVthèques…
Malgré cela, ces candidats sont toutefois présents ailleurs sur le web : réseaux sociaux, blogs, forums… élargissez votre champ d’action, il n’y a pas que les jobboards et CVthèques.
 
5/ Le constat générationnel
Les jeunes cherchent de plus en plus à donner un sens à leur vie, et leur travail en fait évidemment partie. Le temps où l’on faisait carrière au sein de la même entreprise est bel et bien révolu. Aujourd’hui, on ne veut pas d’un "métier par défaut", mais on cherche à s’épanouir au travail. Par "métier par défaut", on entend : exercer une profession où l’on ne se sent d’aucune utilité, qui n’apporte aucune satisfaction personnelle et dont les tâches sont rébarbatives. En gros, on prend son destin en main avant de faire un burn, un bore ou un brown out.
 
Pour cela on n’hésite pas à se former et on change de métier plusieurs fois au cours de sa carrière. Certains osent même quitter leur poste confortable pour se lancer dans l’inconnu et satisfaire leur besoin de réaliser, de faire quelque chose ! Ces candidats sont en quête d’un travail valorisant, pensez donc à présenter le poste et votre société différemment, mettez en avant le fait qu’ils occuperont un poste avec un réel impact et qu’ils ne risquent pas de s’ennuyer en vous rejoignant.
 
Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour recruter un profil pénurique : rédigez vos annonces différemment, offrez un cadre de travail agréable et ouvrez-vous à d’autres horizons !
 
 
 Makram Torkhani, directeur dénéral de Yatedo
 
Les avis d'experts sont écrits sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Digitale. 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale