Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Réforme des retraites] Les "geeks" se rebiffent

Des professionnels du numérique et de l'informatique ont signé un appel en ligne contre la réforme des retraites. Parmi leurs arguments figure le rôle joué par le progrès technique. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[Réforme des retraites] Les geeks se rebiffent
Grâce à l'intelligence contenue dans ces machines, il devrait être possible de travailler mieux et moins, estiment les auteurs de ce manifeste. © Windsordi - Flick - C.C.

Ils sont quelques centaines à avoir signé un manifeste publié ce jour sur un site Internet créé pour l'occasion et nommé "onestla.tech". Composé de développeurs, administrateurs réseaux, designer UX ou encore enseignants, ce collectif déclare son opposition à la réforme des retraites voulue par le gouvernement. Deux syndicats ont d'ailleurs signé cet appel : l'Ugict CGT (le syndicat CGT des cadres et techniciens) et le syndicat de l'industrie informatique CNT-Solidarité ouvrière. 

 

Progrès social et technique

Parmi les raisons avancées par les auteurs figure l'idée selon laquelle  "l'automatisation est une chance pour l'humanité", puisqu'elle permet de faire faire aux machines des tâches fatigantes et ou fastidieuses. Autrement dit, chacun devrait pouvoir travailler moins et surtout mieux grâce aux progrès techniques enregistrés au cours des dernières années. 

 

Les auteurs du manifeste estiment que le principal problème est la répartition des richesses produites par les technologies. Selon eux, elle produit d'importantes inégalités et contribuent à mettre en danger l'équilibre écologique de la planète. "Nous militons à la place pour une réforme reposant sur d'autres bases de répartition des richesses : abaisser l'âge de départ à la retraite et réduire le temps de travail en mettant l'automatisation au service du bien public plutôt qu'à celui de quelques milliardaires", concluent les auteurs.

 

Un soutien aux manifestants

Les signataires s'engagent à participer aux grèves et manifestations et/ou à alimenter les caisses de soutien aux grévistes, et/ou à afficher leur soutien aux réformes. 

 

Les éléments de base de la critique du capitalisme financier sont augmentés d'une mise en question de la répartition des gains de productivité réalisés par l'automatisation. Plus originale est la cohabitation dans ce manifeste de salariés d'entreprises, de membres de coopératives et de collectifs et de travailleurs indépendants. 

 

Pour lire l'intégralité du texte, c'est ICI

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media