Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Renault déploie une nouvelle offre de véhicules électriques en libre-service à Paris

Moov'in Paris, le service de véhicule en auto-partage de Renault, cesse ses activités. Mais le constructeur automobile s'est rapproché de Ferrovial pour déployer Zity, une nouvelle offre d'auto-partage conçue pour un déploiement à l'international. 500 Zoé électriques sont disponibles à Paris et Clichy à partir du mercredi 20 mai 2020.
mis à jour le 19 mai 2020 à 11H31
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Renault déploie une nouvelle offre de véhicules électriques en libre-service à Paris
Renault déploie une nouvelle offre de véhicules électriques en libre-service à Paris © Jean-Brice LEMAL

Mise à jour le 19/05/2020 : Zity, le nouveau service de véhicules électriques en libre-service de Renault, débarque à Paris et Clichy mercredi 20 mai 2020. Annoncé fin février, le lancement de Zity initialement prévu pour mars a été décalé en raison de la pandémie de Covid-19. Les véhicules sont accessibles à partir de 0,29 euros par minute. Puis, des forfaits temps avec un prix fixe sont proposés pour 24, 48 ou 72 heures ainsi que des packs permettant d'acheter des minutes en avance.

Article original : Renault a annoncé mardi 25 février 2020 le lancement d'un nouveau service de véhicules électriques en libre-service baptisé Zity. Il se fait en partenariat avec Ferrovial, un opérateur d'infrastructures dans le développement durable. 500 Renault Zoe électriques seront déployées courant mars dans les rues de Paris et accessibles 24h/24 et 7j/7.

Fin de Moov'in Paris

Zity remplace Moov'in Paris. Le service d'auto-partage de Renault, lancé en octobre 2018 en partenariat avec ADA, va cesser ses activités. Renault et Ferrovial ont des ambitions européennes et internationales pour Zity, d'où l'arrêt du service Moov'in Paris, dont la plate-forme est issue de la location courte durée et conçue spécifiquement pour des utilisateurs français.

Zity est disponible à Madrid depuis 2017, et les utilisateurs madrilènes pourront donc utiliser leur compte pour louer des voitures à Paris via la même application. Renault n'en dira pas beaucoup plus sur les déploiements à venir ni sur la rentabilité du service madrilène. "Si on n'avait pas de vraie visibilité sur la rentabilité, on ne s'engagerait pas sur une logique globale", glisse simplement Vincent Carré, directeur du développement du business international chez Renault.

Optimiser le repositionnement de la flotte

Renault et Ferrovial ont développé un nouvel outil de localisation permettant d'optimiser le repositionnement de la flotte de véhicules en fonction de la demande des clients. Un outil utile qui n'était pas présent sur Moov'in Paris. De même, le pré-enregistrement n'est pas nécessaire sur Zity, l'inscription et la location sont très rapide et 20% du parc sera équipé de sièges pour enfant.

Si le constructeur n'a pas encore dévoilé sa grille tarifaire, Vincent Carré assure que les "prix seront très compétitifs". Aucune durée minimum de location ne sera imposée : au-delà de 4h, le prix passera sur une tarification à l'heure, et un prix à la journée sera aussi proposé.

Les principales limites sont l'autonomie de la Zoé et le fait de devoir mettre fin à la location sur Paris et Clichy. "Il est possible de partir trois jours à Compiègne avec la Zoé puis de revenir à Paris", avance Vincent Carré. Renault ne proposera pas d'abonnement, mais la vente de 'packs' ce qui permet de favoriser les clients qui achètent des minutes à l'avance.

Forte concurrence à Paris

Vincent Carré balaye la question autour de la difficulté à s'implanter sur un marché ou la concurrence fait rage : "La maturité du carsharing à Paris et des habitants pour ces services sont encore très faibles". Renault, qui pense arriver au bon moment avec le bon produit, espère convaincre quelques 150 000 utilisateurs d'ici deux ans. Si le service se développe bien, d'autres véhicules pourraient être déployés sur la capitale. De manière plus globale, "le marché du carsharing est en forte évolution, selon Vincent Carré. On s'attend à ce qu'il soit multiplié par 10 dans les cinq ans qui viennent".

Mise en place d'une plate-forme multimodale ?

Renault se dit "très ouvert" aux partenariats avec d'autres services de mobilités. Le service de VTC Marcel, qui est désormais détenu par le constructeur automobile, pourrait par exemple faire son arrivée sur cette plate-forme ou mettre Zity en avant sur sa propre application. De nombreuses applications de mobilité se tournent vers la multimodalité afin d'offrir le plus d'options possibles à leurs utilisateurs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media