Renault Sport F1 découvre les limites de la simulation

Les groupes de motorisation de Renault Sport F1 ont rencontré de gros problèmes durant les premiers essais de la saison 2014, avec certaines voitures clouées au garage. Un échec que Rob White, directeur général adjoint de Renault Sport F1, estime inadmissible en constatant l’écart entre les simulations faites en usine et ce qui s’est passé sur la piste.

Partager
Renault Sport F1 découvre les limites de la simulation

Renault Sport F1 a-t-il été trop confiant dans la simulation pour le développement de son nouveau groupe de propulsion destiné aux Formules 1 pour la saison 2014 ? C’est ce que semble démontrer les biens piètres performances constatées lors de la première séance d’essais officielle de la saison, qui s’est déroulée à Jerez dans le sud de l’Espagne.

Lire cet article sur Industrie&Technologies

Sujets associés

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS