Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Renesas bénéficierait d’un plan sauvetage 100% japonais

Un plan de sauvetage du premier fabricant mondial de microcontrôleurs aurait été conclu. Il associerait le fonds d’investissement japonais ICNJ et huit gros clients nippons de Renesas, dont les constructeurs automobiles Toyota, Honda et Nissan.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Renesas bénéficierait d’un plan sauvetage 100% japonais
Renesas bénéficierait d’un plan sauvetage 100% japonais

A un problème japonais, une solution japonaise. Cette règle va bénéficier à Renesas Electronics, le deuxième fabricant de semiconducteurs nippon derrière Toshiba. Selon la presse japonaise, les trois actionnaires NEC, Hitachi et Mitsubishi Electric, qui en détiennent 90% du capital, auraient accepté le plan de sauvetage proposé par le gouvernement japonais. Selon ce plan, le fonds ICNJ (Innovation Network Corp. of Japan), l’équivalent du FSI au Japon, investirait 180 milliards de yens (1,75 milliard de dollars) dans Renesas Electronics pour en prendre les deux tiers du capital. Huit gros clients nippons, dont les constructeurs automobiles Toyota, Honda et Nissan aux côtés des groupes électroniques Panasonic, Canon et Nikon, complèteraient la mise en prenant ensemble environ 5% du capital. L’accord définitif devrait être annoncé officiellement au début de décembre 2012.

Créée en 2002, Renesas Electronics regroupe les activités semiconducteurs (hors mémoires) de trois anciens champions du secteur : NEC, Hitachi et Mitsubishi Electric. Avec un chiffre d’affaires de 5,6 milliards de dollars au premier semestre 2012, il se situe, selon le cabinet iHS iSuppli, à la septième place mondiale sur le marché des semiconducteurs, derrière Intel, Samsung, TSMC, Texas Instruments, Qualcomm et Toshiba. Sa position de leader mondial dans les microcontrôleurs (ces puces qui donnent l’intelligence à des produits dans l’automobile, le jouet ou l’électroménager), avec 27% de part de marché, ne l’empêche pas d’être dans le rouge depuis 5 ans. Sur les cinq derniers exercices, il a accumulé 332,7 milliards de yens (l’équivalent de 4,2 milliards de dollars) de pertes. Une situation aggravée par le séisme qui a frappé le Japon en mars 2011.

Après avoir bénéficié d’une recapitalisation de 100 milliards de yens (1,2 milliards de dollars) de la part de ses actionnaires et ses banques, puis transformé sa dette à court terme de 1618 milliards de yens (2,2 milliards de dollars) en dette à long terme, Renesas Electronics a entrepris un vaste plan de restructuration. Au programme : l’abondant d’activités jugées non stratégiques (systèmes sur puce pour multimédia, amplificateurs de puissance…), la fermeture de la moitié de ses usines et la suppression de 7500 emplois.  Le plan de sauvetage imposerait l’élimination de 5000 postes supplémentaires.

Jusqu’ici, Renesas Electronics était en négociation avec le fonds américain KKR suspecté au Japon de chercher à faire une opération financière. Le gouvernement japonais craint que la société soit rachetée uniquement pour être dépecée et revendue par compartiment. Après la reprise d’Elpida Memory, le dernier fabricant de mémoires vives au Japon, par l’américain Micro Technology, il veut éviter la perte de contrôle d’un autre fournisseur clé pour l’industrie japonaise. Renesas Electronics détient en effet 42% du marché mondial des microcontrôleurs embarqués dans les voitures. Presque tous les constructeurs automobiles en sont clients.

Lors d’une conférence de presse à Electronica, le salon des composants électroniques qui s’est déroulé du 13 au 16 novembre 2012 à Munich (Allemagne), Shigeo Mizugaki, Vice-présdient sénior et membre du conseil d’administration de Renesas Electronics, a confirmé les prévisions de la société de dégager un bénéfice opérationnel sur l’exercice qui sera clos le 31 mars 2013, et ce en dépit de la détérioration du contexte économique.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale