Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Réseaux thématiques French Tech : Grenoble se déploie dans le sillon alpin autour de cinq thèmes

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Dans le cadre de l’appel lancé autour des réseaux thématiques, la French Tech grenobloise se met en cinq et se place dans la perspective d’élargir sa zone d’influence à l’ensemble du sillon alpin, d’Annecy à Valence en passant par Chambéry.

Réseaux thématiques French Tech : Grenoble se déploie dans le sillon alpin autour de cinq thèmes
Réseaux thématiques French Tech : Grenoble se déploie dans le sillon alpin autour de cinq thèmes © Digital Grenoble

Les Grenoblois ont déposé cinq manifestations d’intérêt autour des medtechs, des industries culturelles et créatives, de l’internet des objets, des loisirs et du tourisme (montagnards), de la transition énergétique et numérique. "On a anticipé la création de French Tech in the Alps, pour lequel Grenoble candidate dans le cadre du renouvellement de son label", explique Jean-Pierre Verjus, cheville ouvrière de Digital Grenoble.

 

Une référence dans les medtechs

Concernant les medtechs, Grenoble prétend avoir un rôle de référent national à jouer avec Medic@lps qui regroupe une centaine de start-up, de PME et des groupes comme Becton Dickinson (seringues) et ARaymond (dispositifs médicaux à usage unique et capsules en plastique). Quatre axes technologiques sont privilégiés : la robotique médico-chirurgicale, la bioinformatique et l’informatique médicale, l’imagerie et les outils de diagnostic, les dispositifs intelligents de délivrance de médicaments. Parmi les innovations grenobloises les plus en vue, la seringue intelligente Intuity Bio commercialisée par Eveon et l’imagerie de fluorence mise au point par Fluoptics.

 

L’alliance du hard et du soft

Autre point fort grenoblois, l’internet des objets, avec des poids lourds comme le CEA et l’INRIA et de nombreuses start-up. "Nous sommes un des rares territoires à être présents dans le hardware (capteurs miniaturisés, photonique) et dans le software (logiciel, big data)", relève Jean-Pierre Verjus. Avec des expertises, du bout de silicium à l’objet connecté, jusqu’au transport de données, les deux technologies majoritaires de Sigfox et de LoRA étant issues de laboratoires grenoblois.

 

Deux pôles d’images animées

Pour les industries culturelles et créatives, la french tech grenobloise s’appuie sur le CITIA à Annecy et la Cartoucherie à Valence. La Cité de l’image en mouvement (CITIA) s’est développée dans le sillage du festival d’animation d’Annecy. Quelque 300 entreprises, studios d’animation, créateurs de jeux vidéo, de serious games, d’images numériques, d’édition de logiciels, sont recensés en Haute-Savoie. La Cartoucherie s’est elle fait un nom au générique de dessins animés, de longs et courts métrages pour le cinéma et la télévision, avec des acteurs comme TeamTO qui a relocalisé toutes ses activités en France ou le studio Folimage qui vient de présenter Ma vie de courgette à Cannes.

 

Tout schuss dans les sports

La dynamique régionale joue aussi pleinement pour le sport, les loisirs et le tourisme avec trois structures qui n’avaient pas réussi jusqu’à présent à s’exprimer d’une seule voix : le cluster Montagne à Chambéry, Outdoor Sports Valley à Annecy, et le cluster régional Sporaltec, qui tous trois couvrent une large palette d’activités, des équipementiers des stations aux fabricants de matériels sportifs, jusqu’à des précurseurs comme Raidlight Vertical qui trace son développement dans le textile et le trail.

 

Du soleil et des smart grids

Grenoble a aussi son mot à dire dans la transition énergétique et numérique. Avec des groupes comme Schneider et Atos, des centres de recherche du CEA et l’Institut national de l’énergie solaire au Bourget-du-Lac. Pionnière de la houille blanche, la métropole grenobloise a une légitimité historique sur ces questions qu’elle cultive activement aujourd’hui dans les smart grids.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Clermont
30/05/2016 09h34 - Clermont

Bonjour, Il y a une erreur dans votre article. Ma Vie de Courgette n' a pas été présenté par le Studio Folimage à Cannes. Le film franco suisse est produit en france par Blue Spirit Productions et gébéka film. Il a été fabriqué dans les Studios du Pole Pixel à Lyon et de Blue Spirit Studio à Angoulême Les infos ici http://www.spirit-prod.com/productions/ Cordialement, Mathilde Clermont

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale