Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Réseaux thématiques French Tech : Le Mans veut passer les nouvelles mobilités au banc d'essai

Le Mans veut rejoindre la French Tech avec un projet centré sur la mobilité… mais pas uniquement automobile. La métropole s'appuie sur les nombreuses synergies locales.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Réseaux thématiques French Tech : Le Mans veut passer les nouvelles mobilités au banc d'essai
Réseaux thématiques French Tech : Le Mans veut passer les nouvelles mobilités au banc d'essai © Pascal Guittet

En route vers la French Tech ! Le Mans, synonyme dans le monde entier de temple de la course automobile, veut se placer en pointe des nouvelles formes de mobilité. Et pas seulement dans l'auto. La métropole a donc déposé sa candidature pour devenir pilote de la filière "Nouvelles mobilités" au sein des écosystèmes thématiques de la French Tech.

 

des champions locaux des normes, de l'assurance, de l'électronique embarquée...

Le territoire a de nombreux atouts à faire valoir. Son circuit, évidemment, avec une aura internationale, mais aussi la présence historique d'un grand acteur de l'assurance, MMA. "Les nouvelles mobilités sont autant une histoire de technologies qu'une question de nouveaux modèles d'assurance", rappelle Olivier Richardin, chargé d'affaires au sein de Le Mans Développement.

 

D'autres partenaires sont impliqués dans cette candidature. STmicroelectronics, qui possède un centre de R&D au Mans dédié à la connectique des véhicules, Claas Tracteurs, avec son centre d'essais de 10 hectares, la SNCF, qui dispose d'un centre d'ingénierie sur place, et SGS, numéro 1 mondial des normes automobiles (avec la marque Securitest). "D'autres acteurs de la mobilité, directs ou indirects, sont intéressés, comme La Poste, Orange, Suez et ERDF", indique Olivier Richardin. Le collectif à l'origine de la candidature se transformera en association "Le Mans Tech" si la candidature est retenue.

 

"Nous possédons ici toutes les briques pour tester, valider et assurer une idée liée à la mobilité, résume le chef de file. Nous nous appuierons sur les structures existantes, lieux d'innovation, pistes d'essai, structures de financement : l'idée est de les rendre plus accessibles aux start-up. On veut faire du Mans une référence des nouvelles mobilités, pour attirer des entrepreneurs de partout, notamment de Paris."  Le futur écosystème explorera aussi bien des solutions matérielles que logicielles, de nouvelles formes de services, aussi bien pour l'auto, la moto, les engins agricoles, le rail, les drones...

 

Bénéficier de l'aura des 24 heures

Grâce au soutien de l'ACO, organisateur des 24 heures du Mans et du championnat du monde d'endurance, les projets nés de cette dynamique bénéficieront d'une plate-forme de communication mondiale. "Pour exporter la French Tech à l'international, nous prévoyons de créer un stand dédié sur les étapes du championnat du monde d'endurance dès la saison 2017. De nombreux décideurs du monde économique sont présents sur chacune des huit étapes", explique le chef de projet.

 

Le Mans espère bien fêter sa labellisation lors de la 84e édition des 24 heures du Mans auto, du 16 au 18 juin prochain. La liste des écosystèmes thématiques retenus devrait justement tomber à la mi-juin.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale