Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Réseaux thématiques French Tech : Tarbes joue la carte de la transition énergétique

Tarbes veut rejoindre la French Tech avec un projet ciblé sur la transition énergétique : une candidature baptisée EnergyTech Hautes-Pyrénées et pilotée par La Mêlée Adour.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Réseaux thématiques French Tech : Tarbes joue la carte de la transition énergétique
Réseaux thématiques French Tech : Tarbes joue la carte de la transition énergétique © French Tech Tarbes

Cap sur la French Tech ! Tarbes, qui n'avait pas réussi à monter son dossier de Métropole French Tech en 2015, faute d'un terrain d'entente avec Pau, sa voisine et rivale, avec laquelle elle souhaitait s'associer, entend bien décrocher cette année le sésame pour piloter un réseau thématique sur la transition énergétique.

 

Des atouts dans les énergies renouvelables, l'électronique de puissance et les agro-matériaux

L'idée est de capitaliser sur la labellisation Campus des métiers et des qualifications sur la transition énergétique décrochée en décembre 2015. Dans ce domaine, Tarbes affiche tout un panel de formations, du bac pro au diplôme d'ingénieurs. L'IUT de Tarbes est un des pionniers au plan national dans le domaine des énergies renouvelables avec un cursus de licence professionnelle Sciences et Technologies des Energies Renouvelables (STER). Le département des Hautes-Pyrénées s'est également classé en seconde position en nombre de projets déposés sur l'appel à candidatures pour les territoires à énergie positive.

 

Le territoire affiche un savoir-faire historique en hydro-électricité, qu'il conjugue avec des filières plus récentes et en développement dans le photovoltaïque, mais aussi dans les agro-matériaux, qui offrent de nouvelles perspectives en matière d'isolation, l'électronique embarquée et plus spécifiquement l'électronique de puissance et plus largement en économie circulaire. Des entreprises innovantes s'en font les ambassadeurs, telles que Gleize Energies (bureau d'études en énergies renouvelables), Vegeplast (agro-matériaux), APSI3D (convertisseurs de puissance) ou encore Tarmac Aerosave (déconstruction d'avions). Le projet est également soutenu par des grands comptes tels qu'ERDF et Alstom Transport.

 

Une ambition à l'échelle de l'Adour

Pour mettre toute les chances de son côté, la communauté d'agglomération du Grand Tarbes, à l'initiative de la démarche, a cherché à mobiliser dans un premier temps, les acteurs économiques à l'échelle de l'ensemble du département des Hautes-Pyrénées. C'est l'association Ambition Pyrénées, qui regroupe les 3 chambres consulaires (chambre de commerce et d'industrie, chambre des métiers, chambre d'agriculture), le conseil départemental, la ville de Tarbes et la communauté d'agglomération, qui a déposé la candidature pour ce réseau baptisé EnergyTech Hautes-Pyrénées. Mais l'ambition va bien au-delà. Elle cherche clairement à mobiliser à l'échelle de l'Adour, un territoire qui associe les deux agglomérations de Pau et de Tarbes, à cheval à la fois sur les deux départements des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Atlantiques et sur les deux régions Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

 

Un pilotage confié à La Mêlée Adour

Pour impliquer l'ensemble de ce territoire et dépasser les querelles de clochers entre Pau et Tarbes, le pilotage opérationnel du réseau a été confié à La Mêlée Adour. Cette association, née d'un essaimage de l'association toulousaine La Mêlée, fédère déjà une cinquantaine d'entreprises du numérique sur le bassin d'emplois de l'Adour, qu'elles soient de Pau ou de Tarbes. "Si le périmètre initial de la candidature est celui des Hautes-Pyrénées, le projet se veut mobilisateur à l'échelle de l'ensemble de l'écosystème de l'Adour", insiste Emmanuel Dubié, directeur de Crescendo, en charge de l'animation de La Mêlée Adour. L'association Crescendo a développé sur Tarbes une couveuse d'activités, une pépinière d'entreprises et un espace de co-working, qui contribuent localement à la dynamique de création et de développement de startups.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale