Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Retail : Exotec vise la fabrication de 2 000 robots Skypod par an et une stature internationale

La start-up française Exotec a su imposer sa solution robotisée pour la logistique auprès de clients comme Carrefour, Cdiscount ou encore Leclerc. Elle veut désormais veut conquérir les retailers à l'international et notamment aux Etats-Unis. Elle compte surfer sur les besoins en hausse d’un secteur particulièrement sollicité dans le contexte de la pandémie de Covid-19, et très en demande de solutions d’automatisation de la supply chain.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Retail : Exotec vise la fabrication de 2 000 robots Skypod par an et une stature internationale
Retail : Exotec vise la fabrication de 2 000 robots Skypod par an et une stature internationale © Exotec

L’international est désormais l’ambition d’Exotec, qui est passé en l’espace de cinq ans à peine de start-up à PME industrielle. Ce fournisseur de solutions robotiques pour la logistique opère désormais dans plusieurs pays d’Europe, comme l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, où il multiplie les partenariats avec les intégrateurs logistiques.

Son objectif : déployer progressivement sa technologie, à savoir ses Skypod, "en fournissant aux intégrateurs les robots en pièces détachées, tandis qu’ils s’occupent de les déployer", précise Romain Moulin, son dirigeant. Des robots compacts, capables de se déplacer en trois dimensions et conçus pour porter des petites charges à forte rotation.

Assurer la continuité logistique en temps de Covid-19

En France, la société basée à Croix (Nord) a convaincu de grands retailers comme Cdiscount, Carrefour ou encore E.Leclerc. Le groupement breton a ainsi déployé les robots sur une cinquantaine de sites pour les commandes de produits culturels et de parapharmacie. A ces distributeurs – pour lesquels elle installe des systèmes logistiques adossés à des supermarchés ou implémentés dans des centrales de préparation – l'entreprise fournit les robots, le software mais aussi le suivi technologique nécessaire.

"Nous suivons les performances de nos clients, dont certains connaissent actuellement une augmentation de la demande, parfois multipliée par deux", indique Romain Moulin. En cause, l’augmentation des commandes en ligne qui a nécessité une accélération de la cadence. "Nous avons pris des mesures pour assurer la continuité de la production et de la maintenance", poursuit le dirigeant.

Des ralentissements mais pas d'arrêt

La pandémie de Covid-19 n’a eu que peu d’effet sur les activités de la pépite tricolore. "Il y a eu un ralentissement sur les déploiements prévus, avec quelques semaines de retard, concède Romain Moulin. Mais la crise n’a pas d’impact immédiat car nous menons des projets long terme, à six mois voire un an… ce qui nous donne une bonne visibilité". La division R&D, qui compte environ 45 personnes, a bénéficié du télétravail, "et les déploiements reprennent", assure Romain Moulin.

Exotec pourrait même accélérer certains projets dans ce contexte très particulier lié au Covid-19, alors que la distribution adapte sa chaîne logistique pour assurer les besoins essentiels de la population, mais prépare également le déconfinement. Les robots logistiques d’Exotec démontrent plus que jamais la nécessité des solutions d’automatisation et de digitalisation de la supply chain, tant pour assurer la continuité de la chaîne logistique que pour assurer la sécurité de personnels particulièrement exposés. Un phénomène jugé pérenne par Romain Moulin : "Il y aura une augmentation des besoins, mais également une prise de conscience, avec la nécessité de se doter d'une supply chain performante".

40 millions d’euros de CA visés en 2020

Côté chiffres, Exotec espère doubler son chiffre d’affaires en 2020 pour atteindre 40 millions d’euros. "Nous avons augmenté la capacité de notre chaîne de production pour passer d’un objectif de 1 000 robots produits en 2020 à 2 000 robots en 2021", détaille Romain Moulin.

Outre l’Europe, l’enjeu est de conquérir les Etats-Unis, avec l’ouverture d’une filiale à Atlanta et la volonté de s’établir durablement outre-Atlantique. Pour atteindre ces objectifs ambitieux, Exotec a signé des partenariats avec deux intégrateurs nord-américains, S&H et Conveyco. Exotec s’appuiera sur "leur connaissance approfondie du marché et leur excellence dans le déploiement de solutions logistiques complexes", explique la société. "Notre développement à l’international sera conditionné par notre capacité à nous approprier les cultures et les méthodes de chaque pays visé. Nous sommes en BtoB, il est essentiel de bâtir des relations à long terme avec nos clients, et c’est notre compréhension des spécificités de chaque marché qui sera la clé de notre succès", ajoute Romain Moulin.

Le marché US, terrain de jeu idéal pour changer de stature

Ces deux partenariats font suite à celui signé en septembre dernier avec AHS, intégrateur de solutions logistiques aux Etats-Unis et au Canada. Sur un marché hautement concurrentiel, Exotec espère bien changer de stature. "Les Etats-Unis disposent d’acteurs majeurs de l’e-commerce et du retail, capable de déployer la robotisation dans plusieurs de leurs entrepôts en même temps, analyse Romain Moulin. Exotec compte faire la différence en apportant, grâce à la robotique avancée, une capacité de reconfiguration de leur supply chain face aux changements des années à venir".

Exotec a par ailleurs signé l’an passé un partenariat international avec le groupe Fast Retailing, maison-mère de l’enseigne japonaise Uniqlo. Le premier centre logistique devrait voir le jour en Europe à l’horizon 2020. L’entreprise, qui emploie 120 personnes, devrait également doubler ses effectifs dans les mois à venir. Et un nouveau prototype de robot est actuellement testé chez l'un de ses partenaires, dont le nom reste confidentiel.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media