Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Robotique : Ocado s'offre Kindred Systems et Haddington Dynamics pour 287 millions de dollars

La société britannique Ocado s’offre deux sociétés américaines spécialisées dans les solutions robotiques, Kindred Systems et Haddington Dynamics. L’expert de l’ultra-robotisation des entrepôts avait levé en juin dernier 1,11 milliard d’euros.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Robotique : Ocado s'offre Kindred Systems et Haddington Dynamics pour 287 millions de dollars
Robotique : Ocado s'offre Kindred Systems et Haddington Dynamics pour 287 millions de dollars © JP.MOULET

Ocado, spécialiste britannique de l’e-commerce, a annoncé le 3 novembre renforcer ses capacités en solutions robotiques en acquérant deux sociétés américaines, Kindred Systems et Haddington Dynamics.

La première opération s’élève à 262 millions de dollars payés en espèces, la seconde coûte à Ocado 25 millions de dollars en espèces et en actions, portant la somme totale à 287 millions de dollars. Les deux accords doivent être finalisés d’ici la fin de l’année 2020.

Cap sur les bras robotisés
Les deux start-up ont mis au point des bras robotisés. Kindred Systems est une société spécialisée dans les robots de picking, c’est-à-dire dans la préparation des commandes en entrepôt. Elle utilise une solution reposant sur la vision par ordinateur et le contrôle de mouvement. La technologie utilise un apprentissage par renforcement profond pour aider les robots à mieux analyser tout type de produit. Chaque bras robotisé effectue les tâches de quatre personnes, selon la jeune pousse, qui travaille notamment avec Gap.

Fondée à Las Vegas en 2015, Haddington Dynamics a également mis au point un bras robotique ultra précis, et baptisé Dexter. Sa particularité : il est doté d’une fonctionnalité d’impression 3D. A noter la prise de participation minoritaire réalisée par Ocado dans une autre start-up robotique, Myrmex, annoncée en octobre. L’offre de cette start-up grecque est composée d’une flotte de robots mobiles autonomes et d’une suite logicielle d’optimisation de la livraison, notamment du dernier kilomètre.

Kroger, Aeon et Morrisons conquis
Ocado, qui a mis au point une technologie concentrée sur l’ultra-robotisation des entrepôts, veut donc aller plus loin dans l’automatisation des commandes alors que la pandémie entraîne une hausse inédite des achats en ligne. Le déploiement de solutions robotiques permet de réduire le temps de traitement des commandes, d’en traiter davantage simultanément et de préserver la main d’œuvre des risques de contamination. 

Positionnée historiquement sur l’épicerie en ligne, Ocado compte bien continuer à vendre sa technologie aux retailers, généralistes ou spécialisés, à la recherche de solutions logistiques. Elle a déjà convaincu Marks&Spencer et Morrisons au Royaume-Uni, le Japonais Aeon, le Français Monoprix et Kroger aux Etats-Unis. En 2018, le géant américain a d’ailleurs investi au capital de la société dirigée par son fondateur Tim Steiner. L'Usine Digitale a pu visité il y a quelques semaines le site de Fleury-Mérogis, opérationnel depuis le printemps.

Des accusations émises par son concurrent AutoStore
Plutôt discrète, l’entreprise fondée en 2000 dispose de solides liquidités, avec une levée de fonds 1,11 milliard d’euros en juin dernier. Mais Ocado, qui assure en France la préparation des commandes de certaines enseignes du groupe Casino, est néanmoins dans la tourmente depuis que son concurrent AutoStore l’a accusé d’avoir violé ses brevets pour développer son système d'entrepôt automatisé "Ocado Smart Platform" (OSP), qu'il commercialise auprès des commerçants. Le Norvégien, qui fournit un système similaire, demande à ce qu'Ocado ne soit pas autorisé à implanter sa technologie aux Etats-Unis, ainsi que des dommages et intérêts.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.