Pourquoi Hyundai s'est emparé du roboticien Boston Dynamics

Spot, le célèbre robot quadrupède de Boston Dynamics, va parcourir le dernier kilomètre du semi-marathon de Paris dimanche 6 mars 2022, puis réaliser une petite danse sur une musique de BTS, un groupe de k-pop. A l'occasion de cette visite, Hyundai revient sur les raisons de son acquisition de cette spin-off du MIT et la valeur de ses technologies.

Partager
Pourquoi Hyundai s'est emparé du roboticien Boston Dynamics

Hyundai a déboursé près d'un milliard de dollars pour s'emparer de Boston Dynamics et de ses célèbres robots. Après Google et SoftBank, le constructeur automobile est ainsi devenu le troisième propriétaire de cette spin-off du MIT dont les robots ont déjà faits le tour du web. Retour sur cette acquisition avec quelques explications de Lionel French Keoghu, directeur général de Hyundai pour la France, à l'occasion de la venue de Spot, le robot quadrupède, qui va réaliser une petite danse au semi-marathon de Paris.

Une acquisition pour la mobilité
Aujourd'hui 20% des investissements faits par Hyundai sont liés à la robotique. Preuve que ce sujet intéresse le constructeur. "Acheter Boston Dynamics fait plus de sens pour nous que pour ses anciens propriétaires car nous sommes déjà un fournisseur de mobilités, affirme Lionel French Keoghu. Le travail avec Boston Dynamics enrichit la vocation de notre entreprise". Avec Boston Dynamics, Hyundai entend clairement renforcer son écosystème autour de la mobilité. Quand une entreprise est d'une taille conséquente, il est difficile de changer la façon de faire et de penser. L'achat d'une entreprise extérieure peut aider à ça.

Quand on parle de mobilité on pense à la voiture ou au bus, mais aujourd'hui c'est plus que ça. "Il faut voir plus loin que les outils classiques si l'on veut être le leader de demain dans la mobilité", affirme Lionel French Keoghu. Il est nécessaire de penser différemment selon besoins que ce soit pour la logistique des biens et des personnes, le transport longue ou courte distance, les milieux urbains, péri-urbains ou ruraux. "Il faut adapter l'outil aux usages, et non plus l'inverse, assure le directeur général France de Hyundai. La robotique peut apporter des solutions". Mais également la mobilité aérienne qui est un autre pan de recherche important lancé par le constructeur. "Hyundai embauche plus d'ingénieurs spécialisés dans la mobilité aérienne que dans la mobilité urbaine", glisse-t-il.

Aujourd'hui Hyundai ne commercialise pas directement Spot qui, dans les faits, n'est effectivement pas disponible en concession mais peut être acheté via le site Internet de Boston Dynamics. "Si demain Spot, ou une autre solution robotique, est distribuée dans une logique de mobilité, cela sera commercialisé par Hyundai", précise Lionel French Keoghu.

Des techno intégrées aux voitures
Au-delà, cette acquisition va également lui permettre de transférer certaines technologies dans ses véhicules. Tout le travail réalisé par cette spin-off du MIT dans l'autonomie et les capteurs, que ce soit avec les radars ou les caméras, va se retrouver dans les véhicules Hyundai. A commencer par le concept Seven, dévoilé en septembre 2021, qui préfigure le Ioniq 7 qui devrait voir le jour en 2024. Lionel French Keoghu évoque une "ambition court terme" sur ce sujet ce qui est un vrai bouleversement pour cet industriel de l'automobile habitué aux longs délais de développement.

Quant à savoir si les technologies issues de Boston Dynamics pourraient être partagées auprès de concurrents ou d'autres industriels, la réponse semble plutôt ouverte. Le secteur de l'industrie automobile est habitué au partage des technologies, notamment parce que les constructeurs passent par des équipementiers. Mais aussi parce que "le modèle économique dépend de la massification d'où cette culture dans l'industrie automobile de partager les technologies", affirme le directeur général France de Hyundai. Une chose est claire pour l'instant sur ce sujet, Hyundai est décidé à poursuivre les investissements dans la R&D de Boston Dynamics et ne semble pas vouloir s'arrêter sur les robots déjà développés.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS