Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Rovio, l'éditeur du jeu Angry Birds, mise sur le film d'animation

Actus Reuters L'éditeur de jeux vidéos pour mobiles Rovio mise sur un coûteux projet de film d'animation en 3D pour renouer avec la croissance après la chute de 73% de son bénéfice d'exploitation l'an dernier, qui confirme le début de déclin de sa marque phare, Angry Birds.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le recul des revenus des licences Angry Birds, déclinées sous forme de jouets, de vêtements et de friandises, a aggravé les difficultés de l'entreprise finlandaise Rovio. Le studio peinait déjà à trouver un digne successeur à un jeu devenu l'application mobile payante la plus écoulée de tous les temps depuis son lancement en 2009. Les ventes de Rovio ont ainsi baissé de 9% l'an dernier à 158,3 millions d'euros même si le chiffre d'affaires tiré des jeux vidéos a progressé de 16% à 110,7 millions. Le bénéfice d'exploitation a reculé à 10 millions d'euros après 36,5 millions un an plus tôt.

succès sans lendemain ?

"Comme la franchise (de Rovio) commence à faiblir, la question de savoir si c'est un succès sans lendemain se pose de nouveau", juge Steve Bailey, analyste spécialisé d'IHS Technology. Il ajoute que la concurrence s'intensifie dans les jeux pour mobiles et que les produits dérivés de Rovio doivent faire face à la concurrence de personnages virtuels en figurines de résine créés par Nintendo (les amiibo) et Disney (la plate-forme Infinity). "Angry Birds comme jeu n'est pas encore suffisamment développé pour en faire un jouet intelligent (...) En tant que joueur, on n'a pas vraiment de relation à long terme avec lui."

Rovio, qui se fixe pour objectif de devenir une marque de loisirs au même titre que Walt Disney, a déjà décliné Angry Birds en une série télévisée et prépare un film d'animation dont la sortie est prévue en mai 2016. Selon son directeur général, Pekka Rantala, le budget du film sera d'environ 80 millions de dollars (75 millions d'euros), mais les frais de marketing, payés en partie par Sony Entertainment, porteront le coût total du projet à plus de 160 millions. "La vidéo va nous aider à relancer la croissance de l'activité de licence", a-t-il dit. "Nous serons très bientôt en mesure de communiquer sur de nouveaux accords majeurs de partenariat".

Avec Reuters (Jussi Rosendahl, Claude Chendjou, Marc Angrand)

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale