Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Rythm lève 10 millions d'euros pour améliorer notre sommeil profond

La start-up Rythm, spécialiste des neuro-technologies, vient de lever 10 millions d'euros. La jeune pousse compte profiter de ce financement pour continuer à développer des objets connectés basés sur les neurosciences et consolider son équipe. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Rythm lève 10 millions d'euros pour améliorer notre sommeil profond
Rythm lève 10 millions d'euros pour améliorer notre sommeil profond © dr

Les insomniaques vont pouvoir dormir sur leurs deux oreilles. La start-up Rythm a levé plus de 10 millions d’euros auprès de Laurent Alexandre, fondateur du site Doctissimo, Xavier Niel, le magnat des télécoms et via des subventions  publiques. Cette annonce intervient peu après le lancement de Dreem, un bandeau connecté chargé de surveiller les ondes cérébrales et d’améliorer le sommeil profond par des stimulations sonores.

 

Ce financement permettra à la start-up, crée sous le nom de Dreem en mars 2014 par deux élèves de Polytechnique, de développer plus d’objets connectés en lien avec la neurologie, et de renforcer l’équipe, qui compte 50 salariés.

 

Soigner les troubles du sommeil

En parallèle de la levée de fonds, Rythm a annoncé la mise en œuvre prochaine de tests cliniques en collaboration de L’Institut de recherche biomédicale des armées et une équipe de recherche académique de l’Hôtel-Dieu et Université Paris Descartes, pour évaluer le bandeau sur des personnes souffrant de troubles du sommeil. L’objectif : prouver l'efficacité de Dreem.  "Au-delà du bandeau, nous travaillons avec des doctorants experts et notre équipe d’ingénieurs et de scientifiques afin de trouver diverses solutions répondant aux problèmes du quotidien tels que l’apprentissage, le divertissement et bien d’autres secteurs qui n’ont pas encore été explorés. Pour nous, ce n’est que le début", a déclaré Hugo Mercier, PDG et co-fondateur de la start-up, dans un communiqué.

 

Le potentiel français

Dans un premier temps, la technologie pourrait aider les personnes atteintes de maladies dégénératives connues pour perturber le sommeil profond, comme c'est le cas  d'Alzheimer, mais la jeune pousse espère aussi toucher le grand public. Alors que 16% des Français souffrent d’insomnie chronique, le marché est bien là. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media