Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

S'lab, l'accélérateur de start-up grandeur nature du quartier Paris-La Défense

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Paris-La Défense a lancé ce jeudi 22 novembre 2018 son accélérateur de start-up baptisé S'lab. L'objectif pour l'établissement est de trouver des start-up lui proposant des solutions répondant à des enjeux liés au développement du quartier d'affaires. Les start-up retenues bénéficient d'un terrain d'expérimentation grandeur nature et sont entourées de nombreux partenaires potentiels.

S'lab, l'accélérateur de start-up grandeur nature du quartier Paris-La Défense
Les start-up accélérées au sein du S'lab rejoignent les locaux de Paris La Défense. © Carlos Ayesta/DR

"Paris-La Défense est un territoire start-up friendly", clame Lydia Bertelle, co-directrice à la transformation digitale au sein de l’établissement Paris-La Défense. Et le quartier d'affaires veut le prouver en lançant ce jeudi 22 novembre 2018 son propre accélérateur de start-up. Son nom ? S'lab, en référence au mot anglais "slab" signifiant "dalle". Dalles qui recouvrent ce quartier d'affaires. Une bonne raison de venir dans cet accélérateur ? Se rapprocher des investisseurs et des partenaires présents dans le quartier d'affaires de Paris-La Défense qui revendique la présence de 500 entreprises.

 

Smart city et future of work

Le S'lab est une nouvelle brique d'innovation pour ce quartier situé dans la Métropole du Grand Paris qui s'ajoute aux nombreux projets autour de la mobilité et du BIM. Paris-La Défense a décidé de faire venir des start-up de cet accélérateur au sein même de ses équipes puisqu'elles vont rejoindre le Hub, ses nouveaux locaux situés dans la tour Cœur Défense. L'établissement souhaite "élargir l'éventail de solutions dont il dispose pour remplir l'ensemble de ses missions et faire évoluer ses équipes internes avec de nouvelles façons de travailler", explique à L'Usine Digitale Lydia Bertelle.


 

 

Les start-up ont accès à "un territoire et une communauté pour se développer puisque l'établissement Paris-La Défense est gestionnaire du quartier", ajoute-t-elle. En rejoignant le S'lab, elles peuvent accéder à un territoire d'expérimentation qui est ouvert aux usagers et dynamique tout en bénéficiant d'un réseau d'entreprises qui sont des partenaires potentiels. C'est pourquoi l'accélérateur cherche des start-up qui sont dans les domaines de la smart city ou des nouveaux modes de travail (future of work). Ces deux domaines de prédilection étant en cohérence avec la physionomie de l'établissement Paris-La Défense qui veut accueillir des start-up pouvant lui offrir des solutions et comprendre les problèmes qu'elle rencontre au quotidien.

 

Les contours du S'lab pas encore définis

Paris-La Défense veut gagner en agilité et faire évoluer son accélérateur en fonction de ce qu'elle apprend au cours du temps. Allant dans ce sens, S'lab ne fonctionne pas sur des promotions. Mais l'accélérateur "définit avec les start-up la durée du contrat nécessaire pour qu'elles puissent tester leur solution", explique Lydia Bertelle. Preuve que le S'lab est amené à évoluer, son "modèle économique final est en cours de réflexion", précise Lydia Bertelle. L'accélérateur va-t-il proposer des financements à certaines start-up ? La réponse est encore très incertaine. Mais le S'lab est actuellement en train de constituer un réseau de partenaires afin d'apporter aux start-up dans les mois à venir des aides juridiques, de marketing, de développement…

 

Pour son lancement, S'lab a déjà sélectionné deux start-up dans le domaine de la smart city et trois dans le secteur des nouveaux modes de travail. Bazimo développe une plate-forme collaborative de pilotage de parcs immobiliers. Geoide a développé l’Hyperviseur des Systèmes d’Aide à l’Exploitation qui collecte et agrège les données collectées par 14 000 capteurs situés dans le quartier. Mobiliwork veut développer la mobilité dans les entreprises. Mailoop développe un outil de digitalisation interne. Et Comeet veut favoriser les points de contact entre les employés hors des tours de La Défense. Mais il reste de la place dans les locaux de Paris-La Défense et un comité de sélection devrait se réunir dans quelques mois.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale