Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sale temps pour les sociétés de puces électroniques fabless

Analyse Après avoir été les stars de la croissance, les fournisseurs fabless de puces électroniques apparaissent aujourd’hui dans la tourmente. Un revers de fortune qui traduit les limites de leur modèle sans usine.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Sale temps pour les sociétés de puces électroniques fabless
Sale temps pour les sociétés de puces électroniques fabless © Qualcomm

Le vent, qui avait jusqu’ici soufflé en faveur des sociétés fabless de semi-conducteurs, est-il en train de tourner ? En tout cas, 2015 s’annonce comme une année noire pour ces fournisseurs de puces électroniques sans usine. Selon TrendForce, leur chiffre d’affaires devrait baisser de 8,5% à 80,5 milliards de dollars. Un mauvais résultat qui devrait se poursuivre en 2016 avec un déclin de 4,1%.

 

Les fabless trébuchent pour la seconde fois dans l'histoire

C’est la deuxième fois dans l’histoire des semi-conducteurs que les fabless trébuchent. A la suite de l’implosion de la bulle Internet en 2001, ils ont connu un premier plongeon de -11%, selon IC Insights. Mais ils avaient chuté moins que les fournisseurs intégrés (-35%), qui fabriquent en interne l’essentiel de leurs produits.

 

Pour la première fois, en 2015, ils font moins bien que les adeptes du modèle intégré. Selon IC Insights, le chiffre d’affaire du Top 10 des fabless devrait baisser de 5% en 2015, là où celui du Top 10 des fournisseurs intégrés devrait rester stable.

 

Qualcomm dégringole

Figure emblématique du modèle fabless, l’américain Qualcomm illustre bien l’ampleur de ce revers de fortune. De 2004 à 2014, son chiffre d’affaires dans les semi-conducteurs a grimpé de 3,2 à 20 milliards de dollars, propulsant la société du 17eme au 3eme rang des fournisseurs de semi-conducteurs dans le monde, derrière Intel et Samsung. Mais en 2015, il plonge dans la tourmente avec une chute de 20% de ses ventes dans les semi-conducteurs à 16 milliards de dollars, selon IC Insights. De quoi le rétrograder d’une place, derrière Intel, Samsung et SK Hynix.

 

Echec de la transformation d'AMD en fabless

L’autre star des puces pour mobiles, le taïwanais MediaTek, connaît les mêmes ennuis même si la baisse de son chiffre d’affaires s’annonce moins sévère : -8%. Les difficultés touchent d’autres vedettes fabless américaines, regardée jusqu’ici comme de grandes sucess-stories, comme Marvell (-23%) ou Xilinx (-10%).

 

Mais c’est AMD qui affiche la chute la plus vertigineuse : -28%. Le challenger d’Intel dans les processeurs pour PC et serveurs rencontre des difficultés déjà depuis de longues années. Il pensait trouver son salut en se transformant en 2009 en un fournisseur fabless. Peine perdue. Ses problèmes persistent. "On ne réussit jamais en changeant de modèle industriel en cours de route, analyse Guy Dubois, expert en semi-conducteurs auprès du cabinet Decision. Le modèle fabless ne fonctionne que si on l’adopte dès le début de la société."

 

la faute au marché plus qu'au modèle

Voilà de quoi faire réfléchir les fabricants intégrés, nombreux à être tentés par le modèle fabless, même si le modèle sans usine n’est pas la cause des difficultés de Qualcomm, MediaTek, AMD ou Marvell. Les vraies causes se trouvent plutôt dans les marchés que ces sociétés servent.

 

Qualcomm souffre de la tendance qu’ont certains gros clients comme Samsung, LG ou Huawei à privilégier leurs puces maisons. MediaTek ne parvient plus à compenser la baisse des prix par une augmentation des volumes de ses ventes. AMD n’a plus assez de force pour résister à l’hégémonie d’Intel dans les PC et serveurs. Mais, contrairement à la façon dont il était jusqu’ici perçu, le modèle fabless ne garantit pas le succès. Les déboires de ses adeptes aujourd’hui le prouvent.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale