Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Salesforce rachète SteelBrick pour 360 millions de dollars, sa plus grosse acquisition depuis juillet 2014

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Salesforce a déboursé 360 millions de dollars pour mettre la main sur une start-up de 6 ans d'âge, SteelBrick, spécialisée dans le quote to cash (gestion des clients et des prospects, du devis au paiement en passant par les contrats). 

Salesforce rachète SteelBrick pour 360 millions de dollars, sa plus grosse acquisition depuis juillet 2014
Salesforce rachète SteelBrick pour 360 millions de dollars, sa plus grosse acquisition depuis juillet 2014
Salesforce vient de réaliser sa plus grosse acquisition depuis un an et demi : l'éditeur de logiciels basé à San Francisco a mis la main sur la start-up californienne SteelBrick pour 360 millions de dollars, selon un document de la SEC  (l’organe de contrôle américain des marchés financiers) publié le 23 décembre. Le dernier achat d'une telle importance réalisé par le groupe date de juillet 2014. Salesforce avait alors acquis la pate-forme d'analyse des relations professionnelles sur le net RelateIQ pour 390 millions de dollars. Cette nouvelle opération sera bouclée en avril 2016. 
 
SteelBrick est spécialisée dans le business du quote to cash (qui permet aux entreprises de gérer facilement leurs opérations commerciales, du devis jusqu'au paiement). Il a notamment développé la technologie CPQ (pour Configure, Price, Quote), à partir de la plate-forme de gestion de la relation client de Salesforce. 
 
250 millions de dollars de valorisation
 
Elle permet à ses utilisateurs, essentiellement des commerciaux, de créer facilement des devis pour leurs clients. Ils peuvent également faire des propositions commerciales, générer des contrats pour des opérations complexes, qui concernent plusieurs clients et fournisseurs. Cet outil va être intégré à sa plate-forme de gestion des ventes et des prospects Sales Cloud. 
 
Salesforce faisait déjà partie des investisseurs de la jeune pousse, créée en 2009. Sa dernière levée de fonds date d'octobre 2015. SteelBrick avait alors collecté 48 millions de dollars, ce qui portait sa valorisation à 250 millions de dollars. 
 
La start-up était dirigée d'une main de maître par Godard Abel, qui n'en est pas à son coup d'essai dans le quote to cash. Avant d'arriver chez SteelBrick , il dirigeait BigMachines, une autre start-up du secteur, rachetée par Oracle en 2013 pour 400 millions de dollars. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale