Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sam’s Club déploie des robots autonomes de picking dans son nouvel entrepôt californien

Sam’s Club, filiale de Walmart, déploie dans un centre de tri situé en Californie une flotte de robots autonomes dédiés à la préparation des commandes e-commerce, ainsi qu’une technologie de visualisation 3D dédiée à la conception sur-mesure des colis via un logiciel breveté.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Sam’s Club déploie des robots autonomes de picking dans son nouvel entrepôt californien
Sam’s Club déploie des robots autonomes de picking dans son nouvel entrepôt californien © GreyOrange

La course à la robotisation des entrepôts bat son plein. Sam’s Club, qui appartient au géant de la distribution Walmart, revient dans un billet de blog sur l’automatisation de son entrepôt situé au sud de la Californie, à Perris, en banlieue de Los Angeles. 

Le réseau d’entrepôts de vente au détail réservée à une communauté de membres, à l’instar de Costco, décrit deux innovations majeures actuellement mises en œuvre.

Analyser les données pour optimiser l'emplacement des produits dans l'entrepôt
Dans ce nouvel entrepôt flambant neuf qui couvre une surface de près de 70 000 m², l’enseigne muscle sa logistique avec le déploiement de robots dédiés au picking, qui automatisent le traitement des commandes passées en ligne. Ces robots mobiles autonomes sont développés par la start-up GreyOrange.

Créée en 2011 et basée à Singapour et Atlanta, GreyOrange a mis au point un logiciel baptisé GreyMatter qui pilote à distance les robots. Sa solution logicielle exploite les technologies d'intelligence artificielle et d'apprentissage automatique pour optimiser les opérations d'exécution en entrepôt. Les robots sont capables de circuler dans les allées et sous les rayons, de saisir les références stockées sur les étagères ou dans des bacs pour les acheminer vers des postes de travail où les produits sont emballées par des travailleurs humains.

Les robots sont nourris de technologies d’intelligence afin d’intégrer en continu et en temps réel les ajustements liés aux emplacements des produits. La suite logicielle peut identifier deux articles qui sont souvent commandés ensemble (un haut et un bas de jogging par exemple) afin d’indiquer au robot de prélever les deux articles en même temps. La solution combine ces données à la météo pour retirer l’un des articles en cas de hausse des températures et acheminer les stocks dans un autre endroit moins stratégique.

Le système peut également identifier et hiérarchiser les commandes en fonction des engagements d'expédition pris envers les clients et des heures limites de remise des colis aux transporteurs. Ainsi, une commande va être traitée en priorité par rapport à une autre si le client a choisi une option de livraison express tout en déterminant grâce au machine learning l’option de transport la moins coûteuse.

Un outil de "Packing Visualization"
Le centre de distribution doit permettre à l'entreprise fondée en 1983 (et nommée d’après le fondateur de Walmart, Sam Walto) de soutenir la hausse des ventes e-commerce. Sam's Club a enregistré 363 millions de dollars de ventes en ligne à la fin du troisième trimestre, contre 277 millions de dollars l'année précédente. L’enseigne a notamment lancé "Ship from Club", qui permet à une centaine de sites dédiés au stockage d’alimenter les commandes en ligne. Ce dispositif a pour ambition de prendre en charge 20% de l’activité en ligne. 

Le centre de distribution de Perris doit également servir de laboratoire d'innovation. Ainsi, Sam's Club y expérimente une technologie de visualisation 3D d'emballage via un logiciel breveté. Baptisée "Packing Visualization", elle permet de mesurer automatiquement les articles à emballer ainsi que le meilleur positionnement de la référence à l’intérieur du carton afin de sélectionner le colis le plus adapté.
 


Cette solution permet de "réduire le temps de travail des employés consacré à la préparation des colis ainsi que l’empreinte carbone et la quantité de matériel d'expédition utilisé", explique Vinod Bidarkoppa, vice-président senior et directeur de la technologie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media