Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Samsung au secours de Sharp contre le taiwanais Foxconn

Vu ailleurs Déjà présent dans le capital de Sharp, le géant coréen de l’électronique Samsung proposerait d’investir dans l’activité d’écrans LCD du japonais. Une façon de contrer les velléités de contrôle du taïwanais Foxconn, jugé trop encombrant.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Samsung au secours de Sharp contre le taiwanais Foxconn
Samsung au secours de Sharp contre le taiwanais Foxconn © Sharp

Samsung Electronics va-t-il voler au secours de Sharp ? Selon le Nikkei, le géant coréen de l’électronique propose au groupe japonais, en difficulté chroniques depuis 2012, de l’aider à sortir de l’ornière en investissant massivement dans son activité emblématique d’écrans LCD. Le montant de l’investissement n’est pas dévoilé, et l’information n’est confirmée par aucune des deux entreprises qui seraient encore au stade de discussions.

 

Samsung a battu Sharp dans les écans LCD et la télévision

La proposition a de quoi surprendre. Samsung Electronics et Sharp sont en effet concurrents non seulement dans les écrans LCD mais aussi dans la télévision, l’électroménager, les mobiles ou encore certains composants électroniques comme les capteurs d’image. Le coréen est pour beaucoup dans l’effondrement du japonais puisque c’est lui qui l’a détrôné dans les écrans LCD et la télévision à écran plat au milieu des années 2000.

 

Mais Samsung Electronics est aujourd’hui actionnaire de Sharp. Il est entré en 2013 dans son capital à hauteur 3% dans l’objectif de sécuriser l’accès à des technologies de pointes qui font la réputation du japonais. Car si le coréen assouvit l’essentiel de ses besoins en écrans LCD auprès de sa société sœur Samsung Display, il en achète aussi après du japonais. Il en constitue même son plus grand client.

 

Foxconn aimerait avaler Sharp

S’il vole aujourd’hui au secours de Sharp, c’est pour contrer les manœuvres de Foxconn Technology. Les grands écrans LCD de télévision du japonais, fabriqués à l’usine de Sakai, au Japon, considérée comme  le plus avancée au monde, sont gérés depuis juillet 2012 par Sakai Display Products, une coentreprise détenue à 37,6% par le géant taiwanais de la sous-traitance électronique. Foxconn Technology veut profiter des difficultés actuelles de Sharp pour monter à plus de 50% du capital. Une prise de contrôlée jugée inacceptable par le groupe japonais, qui trouve son partenaire taiwanais trop encombrant. D’autant qu’il vient de lui proposer de l’avaler pour 2,5 milliards de dollars. Rien de moins.

 

Cette perspective fait peur aux Japonais, qui considèrent Sharp comme l’un de leurs trois fleurons nationaux en électronique avec Sony et Panasonic. Elle inquiète également Samsung Electronics qui dépend de Sharp en écrans de grandes tailles (plus de 60 pouces), plus compétitifs que chez Samsung Display car ils sont fabriqués sur une glace-mère (panneau de verre) plus grande. D’ailleurs, le coréen conditionne son soutien à la sortie de Foxconn Technology de Sakai Display Products. Pas simple.

 

Un plan de sauvetage de 1,7 milliard de dollars sur la table

Depuis 2012, Sharp, écrasé par une dette de 6,3 milliards de dollars, a bénéficié de deux plans de sauvetage de la part de ses banques, le dernier datant de mai 2015. Un troisième plan sous l’égide d’Innovation Network Corp of Japan, l’équivalent du fonds d’investissement stratégique en France, est sur la table. Il propose d’injecter 1,7 milliard de dollars d’argent frais dans le groupe en contrepartie de la filialisation de l’activité LCD. Les tribulations de Sharp continuent.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale