Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Samsung, Google, Nvidia... Ces entreprises qui utilisent l'IA pour concevoir leurs processeurs

Vu ailleurs Si la pénurie de semi-conducteurs persiste, l'innovation n'a pour sa part pas été stoppée. Samsung, Google, IBM ou encore Nvidia utilisent ou songent à utiliser l'intelligence artificielle pour optimiser la conception de leurs prochaines puces. La start-up Synopsys s'illustre pour l'instant dans le domaine avec son logiciel DSO.ai qui promet "des semi-conducteurs plus performants, plus rapides et moins chers."
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Samsung, Google, Nvidia... Ces entreprises qui utilisent l'IA pour concevoir leurs processeurs
Samsung, Google, Nvidia... Ces entreprises qui utilisent l'IA pour concevoir leurs processeurs © Synopsys

L'intelligence artificielle bientôt utilisée pour la conception de puces ? C'est ce que prévoit Samsung. Le géant sud-coréen a annoncé qu'il va s'appuyer sur la solution DSO.ai de Synopsys pour concevoir ses puces Exynos, qui sont utilisées dans ses smartphones et autres appareils. L'information a été confirmée par un porte-parole de Samsung à Wired le 13 août.

Les premiers System-on-a-Chip (SOC) à bénéficier de cette technologie ne seront cependant pas sur le marché avant un moment. Ils ne sont pas intégrés aux appareils que Samsung a dévoilé en début de semaine, comme le smartphone pliable Galaxy Z Fold 3.

Des puces plus petites et plus performantes conçues en moins de temps
"Avec le lancement début 2020 de DSO.ai (Design Space Optimization AI), Synopsys a inauguré une nouvelle ère de conception de puces révolutionnaire pour fournir des semi-conducteurs meilleurs, plus rapides et moins chers", peut-on lire sur le site de la start-up qui travaillera avec Samsung. Dans l'ensemble du secteur, l'IA semble changer la façon dont les puces sont fabriquées. D'autres entreprises, dont Google et Nvidia, ont également dévoilé un intérêt pour des puces mises au point grâce à l'IA. Synopsys, a de son côté indiqué d'ores et déjà mettre son outil DSO.ai au service d'une dizaine d'entreprises. Selon plusieurs observateurs du secteur, cet outil pourrait accélérer le développement des semi-conducteurs et débloquer de nouvelles méthodes de conception de puces.

Concrètement, Synopsys dispose d'années de conceptions de semi-conducteurs de pointe qui peuvent être utilisées pour entraîner un algorithme d'IA. La start-up utilise des méthodes d'apprentissage par renforcement permettant "une fréquence de fonctionnement 18 % plus rapide pour une puissance 21 % inférieure, tout en faisant passer le temps d'ingénierie de six mois à un seul", indique le spécialiste Karl Freund à Forbes. "DSO.ai peut affiner les résultats qui donneront la meilleure fréquence ou la plus faible puissance, l'outil peut aussi essayer de réduire la taille de la puce, déterminer la tension de fonctionnement qui produira le meilleur compromis entre puissance et performance et bien plus encore", détaille Mat Philip, ingénieur produit principal chez Synopsys.

L'IA convoitée par d'autres fabricants de puces
En juin dernier, Google a publié un document de recherche expliquant son utilisation de l'IA pour agencer les composants des puces Tensor qu'elle utilise pour former et exécuter des programmes dans ses centres de données. Alors que le prochain smartphone de Google, le Pixel 6, sera doté d'une puce personnalisée fabriquée par Samsung, un porte-parole de Google a refusé de communiquer sur l'usage de l'IA pour la conception de celle-ci.

Les fabricants de puces, dont Nvidia et IBM, s'essaient également à la conception de puces pilotées par l'IA. Mais le concurrent direct de Synopsys est Cadence, développent aussi des outils d'IA pour aider à établir les plans d'une nouvelle puce. Pour Mike Demler, analyste principal au Linley Group, "l'intelligence artificielle deviendra tout simplement un élément standard de la boîte à outils informatique."Si son usage est encore trop coûteux pour l'instant, il faut s'attendre à ce que l'IA "devienne plus accessible à mesure que le coût de calcul diminue et que les modèles deviennent plus efficaces", a-t-il indiqué à Wired.

De son côté, Synopsys détaillera sa technologie à l'occasion de la prochaine conférence HotChips, dédiée à l'univers des puces, prévue le 23 août à la Silicon Valley.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.