Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Samsung, LG et Philips rattrapés par leur passé dans les tubes cathodiques

La Cour européenne de justice confirme les amendes infligées par Bruxelles en 2012 à Samsung, LG et Philips pour entente dans les tubes cathodiques. Seuls Panasonic et Toshiba voient leurs amendes réduites.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Samsung, LG et Philips rattrapés par leur passé dans les tubes cathodiques
Samsung, LG et Philips rattrapés par leur passé dans les tubes cathodiques © Ro_buk - Flickr - C.C.
Cela fait belle lurette que les grands industriels de la télévision ont tourné la page des tubes cathodiques. Mais cinq d‘entre eux sont rattrapés par ce passé. Samsung SDI, LG Electronics et Philips devront payer le prix fort de leur entente dans ce secteur, tandis que les sanctions à l’encontre de Panasonic et Toshiba sont réduites. C’est ainsi que la Cour européenne de justice en a décidé.
 
 
Amende record de 1,47 milliard d'euros
 
En décembre 2012, la Commission européenne a infligé une amende record de 1,47 milliard d’euros à six industriels (Panasonic, Toshiba, Samsung SDI, LG Electronics, Philips et Technicolor) pour entente dans les tubes cathodiques. Les infractions concernent la fixation de prix, le partage de marché ou encore l’échange d’information sensible entre 1996 et 2006. Le taïwanais Chunghwa Picture Tubes a échappé à la sanction en bénéficiant de l’immunité en contrepartie de sa collaboration avec Bruxelles sur le dossier.
 
A l’exception de Technicolor, tous ont fait appel à la Cour européenne de justice pour annuler ou réduire les amendes à leur encontre. Peine perdue pour Samsung SDI, LG Electronics et Philips. Ils devront payer respectivement 150,8 millions d’euros, 295,6 millions d’euros et 313,4 millions d’euros. LG Electronics et Philips devront également s’acquitter d’une amende solidaire de 391,9 millions d’euros au titre de leur ancienne coentreprise dans les tubes cathodiques LG Philips Displays. 
 
 
Philips durement sanctionné
 
Toshiba et Panasonic sont plus chanceux. Le premier voit son amende individuelle de 28 millions d’euros annulée. En revanche, son amende solidaire avec Panasonic au titre de leur ancienne coentreprise MTPD n’est que légèrement réduite à 82,8 millions d’euros, au lieu de 86,7 millions auparavant. Quant à Panasonic, son amende individuelle passe de 157,5 millions d'euros à 128,9 millions.
 
Le paradoxe c’est que ces sanctions tombent à moment où Technicolor (ex-Thomson), Philips et bientôt Toshiba ne sont plus dans la télévision. Elles affectent tout particulièrement le groupe néerlandais, dont les difficultés persistantes l’ont contraint à se désengager de l’électronique grand public, à vendre ses LED et à envisager la scission de son activité historique d’éclairage.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media