Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Samsung, toujours champion des investissements dans les semi-conducteurs

Pour la sixième année consécutive, Samsung reste le plus gros investisseur dans les semi-conducteurs, avec un record de 15 milliards de dollars en 2015. Un effort qui reflète à la fois son accélération technologique et ses ambitions dans le secteur.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Samsung, toujours champion des investissements dans les semi-conducteurs
Processeur Exynos © cc Köf3

Samsung continue à mettre le paquet dans les semi-conducteurs. Selon le cabinet Digitimes Research, le géant coréen de l’électronique devrait investir un record de 15 milliards de dollars en 2015. Un effort qui en fait le plus gros investisseur du secteur pour la sixième année consécutive, alors qu’il n’est que numéro deux mondial, loin derrière Intel. Pour comparaison, Intel et TSMC, qui représentent les deux autres plus gros investisseurs, vont consacrer respectivement 8,7 et jusqu’à 11,5 milliards de dollars en 2015.

Les mémoires Dram, qui constituent la plus grande partie de ses ventes de semi-conducteurs, bénéficient de la portion la plus importante de l’investissement, soit 6,4 milliards de dollars. Elles sont suivies par les mémoires flash (4,7 milliards de dollars) puis les systèmes sur puce comme les processeurs Exynos (4 milliards de dollars).

Arriver à parité technologique avec Intel

En difficultés dans les mobiles, qui constituaient jusqu’ici sa vache à lait, Samsung mise sur les semi-conducteurs pour rebondir. C’est la seulement des activités à avoir progressé en 2014, avec un bond du chiffre d’affaires de 15,1 % selon Gartner à 35,3 milliards de dollars (contre 50,8 milliards de dollars pour Intel). S’il investit autant c’est parce qu’il est engagé dans une course visant à établir la parité technologique avec Intel, le leader du secteur. Objectif atteint puisqu’il a réussi à passer au FinFET 14 nm, le procédé nec plus ultra de fabrication de puces avec des transistors 3D et une gravure de 14 nanomètres.

Samsung utilise aujourd’hui ce procédé pour son processeur Exynos 7420 au cœur de sa nouvelle génération de Smartphones haut de gamme, les Galaxy S6 et S6 Edge commercialisés en France depuis le 10 avril 2015. Il est en train d’accroître ses capacités de production dans ses deux usines, celle d’Austin, aux États-Unis, et celle de Hwaseong, en Corée du Sud, pour être prêt à fabriquer les puces de deux clients et pas des moindres : Apple et Qualcomm. Le géant coréen a en effet emporté l’essentiel des commandes (70 % selon des analystes) du processeur A9 de la prochaine génération d’iPhone et iPad, au détriment de TSMC, en retard sur son procédé FinFET 16 nm. Il a été également mandaté par Qualcomm pour la fabrication de sa prochaine puce vedette, le SnapDragon 820, alors que l’américain avait jusqu’ici l’habitude de passer par le taïwanais TSMC.

Enfin, le groupe de Séoul a lancé le projet d’une méga usine de 14,7 milliards de dollars à Pyeonktaek, en Corée du Sud, dont la mise en service est programmée pour 2017. C’est le plus gros investissement jamais consenti pour une seule usine. Samsung peut se le permettre.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale