Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sandbox AQ, spin-off d'Alphabet, part à la conquête du marché de l'informatique quantique

Sandbox AQ, jusqu'à présent une entité du groupe Alphabet dédiée à la recherche en informatique quantique, devient une entreprise indépendante financée par du capital risque. Son objet : continuer à développer et commercialiser ses solutions quantiques matérielles et logicielles, qui sont déjà utilisées par quelques clients.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Sandbox AQ, spin-off d'Alphabet, part à la conquête du marché de l'informatique quantique
Sandbox AQ, spin-off d'Alphabet, part à la conquête du marché de l'informatique quantique © Site du gouvernement

Alphabet, la maison-mère de Google, donne son indépendance à Sandbox (aucun rapport avec le Privacy Sandbox de Google), l'une de ses divisions qui se concentrait sur la recherche en informatique quantique. Le spin-off a été annoncé le 22 mars. La nouvelle entreprise, baptisée Sandbox AQ – pour "AI" et "quantum" –, sera dirigée par Jack Hidary, le fondateur de l'activité chez Alphabet en 2016, et présidée par Eric Schmidt, ancien CEO de Google.

Intégrer les technologies quantiques dans du SaaS
Sandbox AQ développe du hardware et des solutions sous forme de logiciel SaaS incorporant des technologies quantiques et de l'intelligence artificielle. Elle s'adresse aux secteurs des télécoms, de la finance, de la santé, de la cybersécurité, et au secteur public. Parmi ses clients figurent notamment Vodafone Business et Softbank Mobile.

Basée à Palo Alto, elle emploie 55 personnes. Pour son lancement, elle a réuni un grand nombre d'investisseurs parmi lesquels Eric Schmidt, Breyer Capital, Time Ventures, First Light Capital Group, Guggenheim Investments, et Parkway Venture Capital.

Le "Salesforce du quantique"
"Alors que de nombreuses entreprises quantiques se concentrent sur le développement du hardware, Sandbox AQ résout des problématiques concrètes et fournit d'ores et déjà des applications à ses clients", avance dans un communiqué Jim Breyer, le CEO de Breyer Capital. Pour Marc Benioff de Time Ventures, patron de Salesforce, Sandbox est en train de reproduire avec le quantique ce que Salesforce a réussi à faire avec le cloud computing. 

Ces problématiques concrètes comprennent notamment les questions de cybersécurité. La présence parmi les conseillers de l'entreprise de l'amiral Michael Rogers, ancien directeur de la NSA, en atteste.
Le partenariat de Sandbox AQ avec Softbank, par exemple, a pour objet de mettre au point un démonstrateur de "cryptographie post-quantique" : des algorithmes résistants aux cyberattaques quantiques.

Du quantique aussi chez Google
Parallèlement à l'activité qui était menée par Sandbox au sein d'Alphabet, Google poursuit ses propres recherches dans les technologies quantiques.
Lors de sa dernière conférence dédiée aux développeurs, Google I/O, en 2021, l'entreprise a indiqué que son objectif était de lancer d'ici à 2029 un premier ordinateur quantique, capable d'effectuer des calculs à grande échelle et sans erreur.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.