Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sanofi et la pépite britannique Exscientia accélèrent la découverte de médicaments grâce à l'IA

Sanofi signe un accord de collaboration avec la start-up britannique Exscientia pour découvrir de nouvelles molécules prometteuses dans la cancérologie et l'immunologie. Les travaux se reposeront sur la plateforme médicale, développée par la jeune pousse, qui utilise l'intelligence artificielle pour la découverte de médicaments, la rechercher translationnelle et la sélection des patients pour des essais cliniques. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Sanofi et la pépite britannique Exscientia accélèrent la découverte de médicaments grâce à l'IA
Sanofi et la pépite britannique Exscientia accélèrent la découverte de médicaments grâce à l'IA © Sanofi

Sanofi et la start-up Exscientia, située à Oxford en Angleterre, ont annoncé le 7 janvier 2022 leur collaboration visant à développer un portefeuille de médicaments de précision conçus grâce à l'intelligence artificielle. La cancérologie et l'immunologie sont les deux secteurs sélectionnés. 

Une plateforme de médecine personnalisée
Cette jeune pousse est à l'origine d'une "plateforme de médecine personnalisée" fonctionnant grâce à l'IA. Elle peut être exploitée pour "la découverte de médicaments, la recherche translationnelle et le développement, avec des applications allant de l’amélioration de la médecine de précision et de la qualité des candidats-médicaments jusqu’à la sélection la plus précise possible des patients pour les essais cliniques", a détaillé Andrew Hopkins, fondateur et directeur général de l'entreprise. 

Cette technologie intéresse particulièrement Sanofi car "le recours à l'IA et l'apprentissage profond permettra non seulement d'écourter les délais de la R&D mais aussi de concevoir des médicaments mieux ciblés et de qualité supérieure pour les patients", explique Frank Nestle, responsable monde de la recherche et chief scientific officer de l'entreprise pharmaceutique. 

Développer jusqu'à 15 nouvelles molécules
Dans les détails, les partenaires ont signé un accord de licence et de collaboration en vue de développer jusqu'à "15 nouvelles petites molécules candidates" en cancérologie et immunologie. En plus de la découverte de cibles prometteuses, Exscientia dirigera les activités de conception des petites molécules thérapeutiques et d'optimisation des principales molécules candidates jusqu'à leur éventuel passage au stade de développement. De son côté, Sanofi se chargera de leur développement préclinique et clinique, de leur fabrication et de leur commercialisation. 

La start-up recevra un versement initial de 100 millions de dollars par Sanofi. Si toutes les étapes du programme se matérialisent, elle sera éligible à de futurs paiements jusqu'à environ 5,2 milliards de dollars au total. En outre, dans le cas où Sanofi commercialiserait un produit thérapeutique issu de cette collaboration, Exscientia sera également éligible à "des redevances progressives sur les ventes". 

Découvrir des traitements prometteurs grâce à l'IA
La découverte de nouveaux médicaments est l'un des enjeux les plus importants des futures années. En effet, les bactéries pathogènes résistent de plus en plus aux antibiotiques remettant en cause la capacité à soigner les infections, même les plus courantes. A ce titre, l'IA est une technologie très utile pour simplifier ces travaux car elle est capable de traiter d'énormes quantités de données. En effet, trouver les bons mélanges s'avère être une tâche extrêmement fastidieuse car cela nécessite de trouver les bonnes molécules, les bons dosages, la planification adéquate et prévoir leurs effets sur les cellules ciblées. 


Nombreuses sont donc les entreprises qui s'intéressent à ce secteur, à l'image de Meta (ex Facebook) dont la division recherche en IA a développé un modèle capable d'accélérer la découverte de combinaisons médicamenteuses efficaces. Alphabet est également de la partie. DeepMind, son laboratoire spécialisé dans l'IA, consacre une partie de ses travaux à la biologie.

Il a notamment développé le modèle "AlphaFold2" dédié à la compréhension du mécanisme de repliement des protéines. Il est capable de prédire la structure en trois dimensions d'une protéine directement à partir de sa séquence d'acides aminés au niveau anatomique. Plus récemment, l'entreprise américaine a créé une nouvelle société : Isomorphic Labs, dont l'objectif est de modéliser certains mécanismes fondamentaux de la vie. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.