Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sanofi et la start-up Aqemia misent sur l'IA pour trouver un antiviral contre le Covid-19

En retard sur le développement d'un vaccin, Sanofi veut multiplier ses chances de trouver un traitement efficace contre le Covid-19. L'entreprise pharmaceutique vient de signer un partenariat avec la jeune pousse française Aqemia, spin-off de l'ENS Paris. Elle est à l'origine d'un logiciel capable de prédire l'affinité entre les candidats médicaments et les cibles thérapeutiques responsables d'une maladie. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Sanofi et la start-up Aqemia misent sur l'IA pour trouver un antiviral contre le Covid-19
Sanofi et la start-up Aqemia misent sur l'IA pour trouver un antiviral contre le Covid-19 © Sanofi/Facebook

Sanofi annonce la signature d'un partenariat avec la start-up Aqemia, spécialisée dans la recherche de médicaments grâce à l'IA, pour trouver un traitement efficace contre le SARS-CoV-2, le virus à l'origine du Covid-19.

Trouver un antiviral
Les deux entreprises ont choisi l'axe de recherche suivant : trouver les molécules ayant une action sur la protéase majeure du SARS-CoV-2 (Mpro), enzyme responsable de la dégradation des protéines, pour fabriquer un médicament efficace contre ce coronavirus. Cet antiviral – dont l'objectif est d'empêcher le virus soit de rentrer dans la cellule, soit d'en sortir – perturberait le cycle de réplication du virus.

Le géant pharmaceutique souhaite ainsi multiplier les pistes thérapeutiques alors que la sortie de son vaccin vient être repoussée à fin 2021 au mieux, un retard dû à un manque d'efficacité sur les personnes âgées de plus de 50 ans. Cet accord "témoigne (…) de notre volonté de soutenir les startups françaises innovantes et prometteuses qui contribuent à l’effort de recherche national pour tenter de venir à bout du SARS-CoV-2”, explique Olivier Bogillot, président de Sanofi France, dans un communiqué.

Prédire l'efficacité d'une molécule
Pour réussir ce challenge, la société compte sur le savoir-faire de la jeune pousse française Aqemia qui a développé un logiciel capable de prédire l'affinité entre les candidats médicaments et les cibles thérapeutiques responsables des maladies. Maximilien Levesque, CEO et co-fondateur d'Aqemia, affirme que ce logiciel est capable d'effectuer une prédiction en quelques minutes, contre quelques jours habituellement.

La technologie de cette spin-off de l'Ecole normale supérieure (ENS) fondée en 2019 est issue de 8 ans de recherche. Elle repose sur le développement de systèmes d'apprentissage automatique pour trouver des candidats médicaments prometteurs parmi des millions de molécules. Après une première levée de fonds d'1,6 million en 2019, cette alliance avec Sanofi offre une visibilité importante à cette jeune société.

Aqemia face à de nombreux concurrents 
Aqemia doit désormais faire ses preuves. Le défi est de taille car le nombre de virus pour lesquels il n'y a aucun traitement antiviral est très élevé. Et la jeune pousse est loin d'être la seule dans l'arène. Nombreuses biotech travaillent activement pour trouver des molécules prometteuses contre le Covid-19 grâce à l'IA.

L'entreprise britannique Benevolent AI, par exemple, a développé une technologie qui permet d'identifier les molécules qui ont échoué dans les essais cliniques et de prédire comment ces mêmes composés peuvent être plus efficaces pour cibler d'autres maladies. Début février 2020, elle a identifié le baricitinib comme molécule prometteuse. Il y a quelques semaines, la Food and Drug Administration (FDA) a accordé une autorisation d'utilisation d'urgence pour cette molécule chez les patients hospitalisés atteints du Covid-19. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media