Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Segmenter son système d'information pour être plus réactif

La lourdeur de leur système informatique handicape souvent les entreprises et les empêche de s'adapter à un environnement qui évolue en permanence. Pour être plus réactives, et prendre de vitesse leurs concurrentes, elles peuvent faire évoluer leur structure numérique en interne ou en utilisant des logiciels spécialisés. Objectif : rendre leur modèle informatique plus léger en automatisant et en virtualisant une partie des process.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Segmenter son système d'information pour être plus réactif
Segmenter son système d'information pour être plus réactif © Antonia Machayekhi

Communiquer avec sa clientèle, gérer ses stocks, mettre à jour son site Internet… Les applications numériques interviennent tout au long de la chaîne de production des entreprises. Elles sont souvent intégrées à un système informatique lourd, surtout dans les grands groupes. Modifier une fonctionnalité signifie entrer dans les méandres du code informatique du système dans son ensemble, complexe car il est composé d'un empilement de programmes qui doivent fonctionner sans anicroche, alors qu'ils sont bien souvent développés dans différents langages et par différentes personnes utilisant différentes méthodes de travail.  

Un développeur qui souhaite tester les modifications qu'il a effectuée sur une application, avant de les mettre en production, bloque l'ensemble du système. Souvent, cette phase de test n'a lieu qu'une fois, à la fin du cycle de développement, pour ne pas bloquer trop souvent les serveurs de la compagnie.

Pour travailler plus facilement sur les applications existantes et créer de nouveaux programmes cohérents avec l'ensemble du modèle numérique, les groupes peuvent faire évoluer leur informatique vers une structure dite "applicative" : chaque fonction numérique peut être isolée de l'ensemble grâce au système de "virtualisation de service".

Eviter les bugs

L'application est alors placée dans un environnement 100% virtuel, qui reproduit exactement son environnement réel dans le système : les programmes avec lesquels elle collabore sont simulés, les différents langages dans lesquels ils sont programmés également… Le développeur qui retravaille les lignes de code d'une application peut effectuer des tests en permanence dans ce système virtuel, sans affecter le système informatique réel de l'entreprise. Si l'une de ses modifications crée un bug, il peut aller la changer immédiatement. "Les chances d'avoir un problème lorsque ces nouveaux programmes sont effectivement mis en service sont faibles", souligne Joe Butler, qui gère l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement de DHL, entreprise de logistique qui a opéré une transformation de son informatique vers une structure applicative.

Basculer vers l'applicatif permet aux groupes d'être plus réactifs, de s'adapter plus rapidement aux évolutions de leur secteur d'activité : "Les entreprises de l'automobile collectent de plus en plus de données. Elles pourront prochainement savoir qui conduit leur véhicule, à quelle vitesse roule la voiture... En exploitant ces data avec des applications adaptées, les constructeurs pourraient définir des profils de risques différents pour chaque conducteur et devenir les assureurs de demain", prévoit Ian Howles, qui dirige la branche anglaise d'ingénierie de la société informatique américaine Cognizant.

Lélia de Matharel

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

BigJim
05/05/2015 10h38 - BigJim

Dans une entreprise où les projets sont correctement gérés, le développeur crée son code sur un serveur de développement, et le teste dans un environnement de pré-production : Normalement, le code qui est déployé en production est déjà finalisé et testé ... En attendant la prochaine évolution ou version. Et avec la virtualisation, ce n'est plus une question d'avoir le hardware en double ou en triple ... On se demande où l'auteur a été chercher cette idée que le développeur bloque la prod' ; chez les génies qui ont pondu les systèmes "Chorus" et "Louvois" ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

pyjaman
26/06/2014 19h52 - pyjaman

Merci pour la désinformation... Répondons à la complexité des systèmes d'information par encore plus de complexité en laissant les applications se développer sans vision d'ensemble. On vous vend moyennant une dizaine de millions d'euros de la productivité sur les processus, plus de fiabilité dans les prévisions et par conséquent moins de stock. Vous terminez avec un budget explosé, des opérationnels que vous avez remplacé par un service IT et un service qui est chargé de traduire les besoins utilisateur au service IT, une non maitrise des procédés/stocks et une perte d'autonomie immense des équipes. Une seule façon de s'en prémunir : segmenter comme vous le dites... La prise de décision pour les hommes, la diffusion d'information pour le système.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale