Ségur de la Santé : Le gouvernement injecte deux milliards d'euros pour le développement de l'e-santé

Dans le cadre du Ségur de la Santé, le gouvernement a attribué une enveloppe de deux milliards d'euros au numérique en santé. L'objectif ? Accélérer la transformation d'un secteur bouleversé par la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.

Partager
Ségur de la Santé : Le gouvernement injecte deux milliards d'euros pour le développement de l'e-santé

Le ministre des Solidarités et la Santé Olivier Véran a annoncé le 22 juillet une enveloppe de deux milliards d'euros consacrée au développement du numérique en santé. Cet investissement s'inscrit dans le cadre des conclusions du Ségur de la Santé, une grande concertation annoncée le 17 mai pour refondre ce secteur suite aux défaillances mises en lumière par la pandémie de Covid-19.

Cette enveloppe permettra de "donner un coup d'accélérateur sans précédent pour rattraper le retard dans la modernisation, l'interopérabilité, la réversibilité, la convergence et la sécurité des systèmes d'information en santé", indique le ministère dans son communiqué.

Accélérer sur la santé connectée
Dans le détail, ce budget doit permettre l'intégration des "fondations numériques régaliennes" comme l'identifiant national de santé et le dossier médical partagé. En parallèle, des "modalités d'incitation forte à l'usage" seront mises en place sur le partage de l'histoire médical du patient, le compte-rendu d'hospitalisation et les résultats de biologie et d'imagerie via la messagerie sécurisée de santé.

De plus, le gouvernement veut mettre l'accent sur le développement de la télésanté en prolongeant les dispositions d'assouplissement activées durant la crise sanitaire. En effet, les téléconsultations ont explosé pendant le confinement, atteignant des pics. En avril 2020, l'Assurance maladie a recensé 1,1 million d'actes.

Enfin, le secteur médico-social bénéficiera d'un investissement dédié sur 5 ans à hauteur de 600 millions d'euros dans les équipements de base, les logiciels socles et les services d'échanges. L'objectif est de donner "une impulsion déterminante à la modernisation des outils numériques dans ce secteur". 30 millions d'euros étaient initialement prévus.

Transformer durablement le système de santé
Cet investissement s'inscrit également dans la feuille de route nationale du numérique en santé. Annoncé en avril 2019, ce programme a pour objectif de transformer durablement le système de santé grâce au numérique. Il est en partie porté par Dominique Pon, responsable du numérique en santé, qui s'est félicité de cet "effort budgétaire historique" qui va permettre "d'envisager une accélération fantastique".

Le gouvernement a maintenant deux ans, avant la prochaine élection présidentielle, pour réellement mettre en place ces changements. Une durée relativement courte pour remodeler le secteur de la santé qui a encore du mal à pleinement se transformer. Pourtant, selon l'Institut Montaigne, le potentiel du marché de l'e-santé en France s'élèverait à 22 milliards d'euros. Pour y arriver, deux transformations majeures sont nécessaires : un accès simplifié aux données de santé et la structuration de la filière du numérique en santé.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS