Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Semi-conducteurs : Intel pourrait investir 80 milliards d'euros en Europe

Vu ailleurs Le PDG d'Intel a déclaré au salon de l'automobile de Munich qu'il comptait implanter deux nouvelles lignes de production en Europe, dans un premier temps, pour un investissement de 20 milliards d'euros.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Semi-conducteurs : Intel pourrait investir 80 milliards d'euros en Europe
Intel pourrait investir 80 milliards d'euros dans la production de semi-conducteurs en Europe. © Intel (Glassdor)

C'est le gros sujet du moment dans l'industrie. La pénurie de semi-conducteurs pourrait se prolonger en 2022 et les industriels, de l'automobile notamment, qui voient leur production contrainte au ralentissement en raison des tensions sur la chaîne de production, ne s'attendent pas à une amélioration avant 2023. Dans ce contexte, le fabricant de semi-conducteurs Intel a annoncé qu'il allait investir jusqu'à 80 milliards d'euros en Europe dans les dix prochaines années.

Le numéro un des puces pour PC a l'intention de construire des usines en Europe, en démarrant avec deux lignes de production pour un investissement total de 20 milliards d'euros. Le lieu d'implantation du nouveau complexe sera dévoilé d'ici la fin de l'année. La France, l'Allemagne et la Pologne pourraient être les heureuses élues. Le projet pourrait dépendre de la bonne volonté des Etats membres de l'Union européenne, auxquels Intel aurait demandé un financement de plusieurs milliards d'euros. Le commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton, qui entend multiplier par deux la production de semi-conducteurs en Europe d'ici 2030 pour représenter au moins 20% de la production mondiale en valeur, serait disposé à faire un geste.

"Vous avez besoin de nous et nous avons besoin de vous"
Le PDG de l'entreprise, Pat Gelsinger, a par ailleurs déclaré au salon de l'automobile de Munich qu'il allait dédier son usine irlandaise au marché automobile, un marché clé dont la taille devrait passer de 50 milliards de dollars à 115 milliards en 2030, selon la société. "Les voitures sont en train de devenir des ordinateurs avec des pneus. Vous avez besoin de nous et nous avons besoin de vous. L'objectif est de créer un centre d'innovation en Europe, pour l'Europe", a-t-il lancé aux constructeurs sur le salon.

L'industriel, dont la majorité des usines se trouvent en Asie, poursuit une stratégie d'extension de sa capacité de production en Occident. Il a annoncé en mars la création de deux nouvelles usines aux Etats-Unis, et serait en discussions avec le fonds souverain d'Abu Dhabi Global Mubadala Investment pour racheter GlobalFoundries, un fondeur qui possède notamment des sites en Allemagne et aux Etats-Unis.