Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Semi-conducteurs : le fonds américain Apollo devrait entrer au capital d'Infineon

En grande difficulté financière, le fabricant allemand de semi-conducteurs prépare une augmentation de capital d'environ 725 millions d'euros. Avec le soutien du fonds d'investissement Apollo.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Une petite bouffée d'air frais ou un premier pas vers un rétablissement durable ? Quelques jours après l'annonce de la vente au fonds Golden Gate Capital de sa division ciblant les opérateurs fixes (Wireline Communications ou WLC) pour 250 millions d'euros, Infineon Technologies (4,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 29 100 salariés en 2008) vient d'indiquer qu'il lancera très prochainement une augmentation de capital d'un montant d'environ 725 millions d'euros. Les dates et les modalités de l'opération, qui doit encore être validée par les instances réglementaires, seront précisées dans les prochains jours.

En butte à une perte nette de 662 millions d'euros au premier semestre (pour un chiffre d'affaires de 1,6 milliard d'euros), le fabricant de semi-conducteurs prévoit d'émettre 337 millions d'actions nouvelles, au prix de 2,15 euros par titre. Il espère assainir sa situation financière et rembourser 522 millions d'euros d'actions convertibles arrivant à échéance en juin 2010.

Apollo en embuscade

Le fonds américain Apollo Global Management s'est engagé à acquérir les titres qui ne trouveraient pas preneurs, à hauteur de 326 millions d'actions nouvelles. Souvent considéré comme un fonds de capital-investissement « activiste » (aux méthodes musclées), Apollo prendra une participation d'un minimum de 15% dans le capital d'Infineon et d'un maximum de 30% moins une action (seuil au-delà duquel le loi allemande l'obligerait à acquérir la totalité du groupe selon Reuters).

A l'issue de l'opération, et s'il obtient 15% du capital, le fonds devrait nommer le nouveau président du conseil de surveillance d'Infineon, et se voir octroyé le droit de nommer un autre membre au conseil d'administration. Et prêcher pour une accélération de sa restructuration entamée en 2008 ?

Christophe Dutheil
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.