Semiconducteurs : 4 Silicon Valley émergent en Chine (et elles gagnent déjà plus de 50 milliards de dollars)

Selon TrendForce, quatre Silicon Valley émergent cette année en Chine.

Elles vont jouer un rôle moteur dans la course du pays à l’autosuffisance dans les puces électroniques.

Partager
Semiconducteurs : 4 Silicon Valley émergent en Chine (et elles gagnent déjà plus de 50 milliards de dollars)

L’effort de la Chine dans les semiconducteurs commence à porter ses fruits. Selon TrendForce, le 13e plan quinquennal (2016-2020) de Pékin débute avec l’émergence cette année de quatre Silicon Valley dans quatre régions du pays : la région du delta du fleuve Yang-Tsé, la région du delta du fleuve des Perles, la région Pékin-Golfe de Bohai, et la région centre-ouest. Elles sont le fruit d’un investissement conjoint du gouvernement, du milieu académique et de l’industrie.

Les Deltas du Yang-Tsé et des Perles

Centrée sur Shanghai, la Silicon Valley du delta du Yang-Tsé comprend, selon TrendForce, les fabricants de circuits intégrés les plus avancés de la Chine, ainsi que la plupart des acteurs de test, assemblage et packaging de puces électroniques. En 2015, elle a généré un chiffre d’affaires de 26,9 milliards de dollars.

La Silicon Valley du delta des Perles, créée autour de Shenzhen, réunit de nombreuses sociétés fabless de circuits intégrés, dont HiSilicon Technologies, bras armé de Huawei dans les semiconducteurs et premier fournisseur chinois de puces électroniques. Elle sert comme hub important dans la conception et l’intégration de produits électroniques. Elle représente un chiffre d’affaires de 10,3 milliards de dollars en 2015.

SMIC et Tsinghua Unigroup

La Silicon Valley de Pékin-Golfe de Bohai se développe autour du parc technologique et scientifique de la capitale chinoise. Elle se concentre sur la conception et la fabrication, avec un chiffre d’affaires de 9,4 milliards de dollars en 2015. Parmi ses industriels clés, figurent le fondeur de semiconducteurs SMIC, premier du pays, et Tsinghua Unigroup, qui détient les sociétés fabless de circuits mobiles RDA Microelectronics et Spreadtrum Communications.

La Silicon Valley du Centre-Ouest cherche à devenir le centre de production des mémoires flash de type NAND, avec déjà une usine de Samsung à Xi’an et celle en projet du chinois XMC à Wuhan. Le géant coréen investit dans l’expansion de son site, tandis que XMC va accélérer son projet grâce à son partenariat capitalistique et industriel avec Tsinghua Unigroup. Ce pôle représente un chiffre d’affaires de 7,6 milliards de dollars en 2015.

une autosuffisance de 40% en 2020

Depuis le début des années 2000, la Chine est engagée dans une course à la montre pour développer son industrie des semiconducteurs et réduire sa dépendance vis-à-vis de l’étranger. Son plan quinquennal vise une croissance annuelle de 20% de la production locale de 2016 à 2020. L’objectif est de porter l’autosuffisance du pays dans les circuits intégrés d’environ 13% en 2015 à 40% en 2020.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS