Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Semiconducteurs : Plus que deux offres de reprise pour le français Altis

Exclusif Seul SMIC, l'un des deux candidats chinois à la reprise du fondeur français de semiconducteurs Altis, a déposé une offre. Ce qui réduit les offres de reprise à deux, l’autre étant celle du fondeur allemand X-Fab.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Semiconducteurs : Plus que deux offres de reprise pour le français Altis
L'usine d'Altis à Corbeil-Essonnes © Gaël Kerbaol/Droits gérés

En redressement judiciaire depuis le 4 août 2016, le fondeur français de semiconducteurs Altis Semiconductor n'a plus en face de lui trois repreneurs potentiels mais plus que deux. Seul l'un des deux candidats chinois à sa reprise, le fondeur SMIC, a déposé une offre le 23 septembre 2016. Mais pas SITRI. S'est-il associé à son compatriote? L'offre de SMIC ne l'indique pas clairement. L’autre offre vient du fondeur allemand X-Fab qui s’engagerait à conserver l’emploi et à investir dans l’entreprise. Les deux offres vont être défendues devant le Tribunal de commerce de Paris ce 28 septembre.

 

Difficultés depuis 3 ans

Ancien site de production de puces électroniques d’IBM puis site commun de Big Blue et Infineon Technologies, Altis Semiconductor propose depuis 1999 ses services de fabrication de circuits en sous-traitance. L’entreprise est détenue à 57% par l’homme d’affaires Yazid Sabeg, ancien PDG de CS Communication et Systèmes, et à 40% par le fonds d’investissement qatari Diar. Elle emploie près de 1000 personnes et dispose à Corbeil-Essonnes d’une usine d’une capacité mensuelle de 40 000 plaquettes de 200 mm de diamètre. En difficultés depuis trois ans, elle est tombée en état de cessation de paiement en juin 2016, ce qui lui vaut d’être placée en redressement judiciaire.

 

Que va faire Yazid Sabeg ?

Le regroupement de SMIC et SITRI ne met pas fin au suspense. Les yeux se tournent maintenant vers Yazid Sabeg, qui s’est tenu jusqu’ici à l’écart de la bataille autour de son entreprise. Va-t-il déposer une alternative aux deux offres de reprise sur la table sous la forme d’un plan de continuité d’activité ? Il a jusqu’à ce soir pour le faire.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale