Sept associations de consommateurs européennes accusent Google de ne pas respecter le RGPD

Il n'aura pas fallu bien longtemps que Google soit accusé d'enfreindre le règlement général sur la protection des données (RGPD). Sept associations de consommateurs européennes viennent de porter plainte contre le géant américain dans leurs pays respectifs. En cause : l'historique de géolocalisation des utilisateurs de services Google sur smartphone.

Partager
Sept associations de consommateurs européennes accusent Google de ne pas respecter le RGPD

Sept associations de consommateurs européennes ont annoncé leur intention de déposer plainte contre Google le 27 novembre 2018. Elles accusent le géant américain de violer le règlement général sur la protection des données (RGPD) de par ses pratiques de géolocalisation des utilisateurs.

La position géographique systématiquement historisée

Une enquête de l'Associated Press avait révélée le 14 août que plusieurs services de Google sur smartphones (Android et iPhone) enregistrent la géolocalisation des utilisateurs même lorsque ces derniers choisissent le réglage désactivant ce paramètre. L'entreprise s'est déjà vue assignée en justice aux Etats-Unis suite à cette révélation.

Dans l'Union européenne, les associations plaignantes, toutes membres du Bureau Européen des Unions de Consommateurs (BEUC), jugent cette pratique abusive et trompeuse. L'utilisateur n'étant pas correctement informé, il ne peut pas librement consentir à l'exploitation de ses données privées.

Des plaintes déposées dans sept pays européens

Les associations concernées sont Forbrukerrådet (Norvège), Consumentenbond (Pays-Bas), Ekpizo (Grèce), dTest (République Tchèque), Zveza Potrošnikov Slovenije (Slovénie), Federacja Konsumentów (Pologne) et Sveriges Konsumenter (Suède). Elles comptent déposer plainte chacune à leur autorité nationale de protection des données. Par ailleurs, Forbrugerrådet Tænk (Danemark) rapportera ces pratiques à l'autorité danoise et vzbv (Allemagne) envisage de demander une injonction contre Google. On notera l'absence des Français.

En réponse à l'annonce, Google a déclaré que son historique des positions est désactivé par défaut et qu'il indique bien aux utilisateurs que cela ne désactive pas forcément 100% du suivi. En vertu du RGPD, si l'entreprise est reconnue coupable, elle risque une amende montant jusqu'à 4% de son chiffre d'affaires global, soit plus de 4 milliards de dollars.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS