Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Serveurs: la réponse d'IBM aux offres packagées d'Oracle

Confronté à la montée en puissance des « nouveaux » entrepôts de données pré-packagés du duo Oracle - Sun Microsystems, Big Blue riposte. Il vient de présenter PureScale Application System, une nouvelle offre réunissant ses serveurs et ses principaux logiciels pour les « datawarehouses »
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Serveurs: la réponse d'IBM aux offres packagées d'Oracle
Serveurs: la réponse d'IBM aux offres packagées d'Oracle © DR

Le rapprochement d'Oracle et de Sun Microsystems – et son lot de nouvelles offres pré-intégrées, embarquant les logiciels du premier et les équipements du second - n'a pas fini de bouleverser le marché de l'informatique professionnelle. En janvier, HP - consommant sa rupture avec Oracle - s'est rapproché de Microsoft avec l'ambition de proposer prochainement de nouveaux serveurs avec des applicatifs « préinstallés ».

En comparaison, la réaction d'IBM s'est fait attendre. Mais elle vient d'arriver et se matérialise déjà par des offres concrètes : le groupe vient en effet d'annoncer de nouveaux systèmes « tout-en-un », baptisés PureScale Application System et regroupant des serveurs et des mainframes IBM  (System x et System z) à base de processeurs Power7, un serveur d'application (WebSphere Application Server), un entrepôt de données (InfoSphere Warehouse) et une base de données DB2 optimisée pour les transactions les plus « lourdes » (DB2 PureScale). Avec cette offre intégrée de bout en bout, IBM promet, comme son grand rival, d'accroître les volumes de données pris en charge et d'accélérer les temps de traitement des requêtes vers ses bases de données.

Pression concurrentielle

Pourquoi avoir attendu avant de lancer ce type de solution ? « Historiquement, les entreprises, qui craignent d'être pieds et points liés avec un seul fournisseur, se sont montrées plutôt réticentes vis-à-vis des appliances », explique Nathaniel Martinez, analyste sénior du cabinet IDC. « En l'absence de pression concurrentielle, il est aussi probable qu'IBM n'avait pas vraiment intérêt à lancer des offres intégrées, moins profitables pour lui que la somme de toutes ses offres vendues séparément », précise-t-il.

La donne a changé. « Les nouvelles offres Exadata d'Oracle – facturées entre 250.000 dollars et un million de dollars l'unité - rencontrent d'excellents résultats », selon Nathaniel Martinez : « Oracle dit avoir enregistré les meilleures performances de son histoire avec ce produit au dernier trimestre, avec des revenus qui atteignent près de 100 millions de dollars ».

Enfin, pour l'analyste d'IDC, les nouvelles offres « pré-packagées » répondent à de nouvelles attentes des entreprises, qui « souhaitent réduire les coûts de gestion et d'intégration de leurs infrastructures ». Et elles semblent a priori « plus évolutives » et « moins fermées et propriétaires que les mainframes ont pu l'être dans le passé », rassure-t-il.

Christophe Dutheil

A lire aussi :
IBM renforce (encore) Linux sur ses mainframes

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media