Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Servier, Florange, STMicroelectronics… 5 actus qui ont secoué l’industrie

Entre la mise en examen de Jacques Servier, le plan stratégique de STMicroelectronics, la restructuration d'Alcatel-Lucent, et la loi visant à interdire l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste... la semaine a été intense dans l'industrie. Sans oublier Florange et les déclarations de Lakshmi Mittal qui ont vivement fait réagir les syndicats.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Servier, Florange, STMicroelectronics… 5 actus qui ont secoué l’industrie
Servier, Florange, STMicroelectronics… 5 actus qui ont secoué l’industrie © Reuters

1/ Servier mis en examen

Jacques Servier, le fondateur des laboratoires pharmaceutiques éponymes, était déjà soupçonné d’escroquerie et de tromperie dans le cadre de l’enquête sur les dégâts causés par le Mediator. Mardi 11 décembre, à 90 ans, il est mis en examen pour homicides et blessures involontaires. Ces mises en examen se fondent en particulier sur les premières expertises judiciaires de victimes versées au dossier des juges d'instruction.

Si pour la direction du laboratoire, il s’agit d’une "étape attendue", l’affaire n’en est pas moins sérieuse.  En effet, les griefs retenus laissent supposer que les juges d’instruction dressent un lien direct entre la prise du Mediator et des décès. Le jeu de la défense consistera désormais à demander des expertises médicales pour déterminer si ce lien est avéré, et des investigations sur les conditions médicales dans lequel le médicament a été prescrit.

2/ Lakshmi Mittal évoque la nationalisation

Politiques de tous bords, syndicats, ils sont nombreux à se relayer depuis plusieurs semaines pour commenter les événements qui agitent le site ArcelorMittal de Florange. Mais cette semaine, c’est Lakshmi Mittal lui-même qui rompt le silence, et fournit sa version de "l’affaire".

Concernant l’accord conclu avec l’Etat français, il affirme considérer qu’il est "juste", dans le Figaro. "Il respecte ce qui était notre préoccupation essentielle dans ce dossier: assurer un avenir pérenne et rentable à l'ensemble de notre activité et donc à la filière acier en France".

Il ajoute que la fermeture des haut-fourneaux était prévisible - et prévue - depuis l’acquisition d’Arcelor. Cela n’aurait donc pas dû être une surprise selon l’industriel : "Les salariés eux-mêmes en étaient conscients".

Quant à la nationalisation évoquée par Arnaud Montebourg : "Si j'ai été surpris? Mais c'est le monde entier qui a été surpris. Si aujourd'hui, un pays comme la France, la cinquième économie du monde, parle de nationalisation, mais quel bond en arrière!".

3/ STMicroelectronics coupe le sans-fil

Une autre actualité marquante a rythmé la vie industrielle cette semaine. Lundi 10 décembre, le fabricant franco-italien de semi-conducteurs annonce sa décision de sortir du marché des puces pour terminaux mobiles. Le sort de ST-Ericsson, sa coentreprise avec Ericsson dans ce domaine, sera scellé d’ici au troisième trimestre 2013.

Carlo Bozotti, le PDG du groupe, a accordé une interview à L’Usine Nouvelle. "Nous avons décidé d’abandonner les circuits sans fil destinés aux terminaux mobiles pour nous recentrer sur les applications embarquées", commente-t-il.

Du côté des syndicats, l’inquiétude règne. "Nous n’avons obtenu aucun éclaircissement de fond sur le désengagement de STMicroelectronics de ST-Ericsson et aucune précision sur les conséquences sociales que ceci risque d’entraîner", regrette Marc Leroux, délégué de la CGT.

4/ La gronde des Alcatel-Lucent

La direction de l’équipementier télécoms Alcatel-Lucent et les syndicats se sont réunis ce 13 décembre en comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire autour du plan de restructuration prévoyant 934 suppressions de postes. A l’ordre du jour : explication de textes quant aux livres I et II du plan de restructuration d’Alcatel-Lucent France, qui concernent les justifications économiques du plan et les mesures d’accompagnement proposées.

Les sites français d’Alcatel-Lucent ont grondé. Villarceaux (Essonne), Orvault (Loire-Atlantique) et Lannion (Côtes-d'Armor), étaient totalement bloqués. Celui de Vélizy (Yvelines), qui accueille le CCE extraordinaire, a procédé à un débrayage et une assemblée générale en fin de matinée.

5/ La loi anti gaz de schiste

Onze députés ont présenté, mardi 11 décembre 2012, une proposition de loi visant à interdire "l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, à abroger les permis exclusifs de recherche de mines d’hydrocarbures non conventionnels et à assurer plus de transparence dans le code minier."

Dans cette proposition, il n’est plus seulement question de fracturation hydraulique mais bien de toute exploration et exploitation des hydrocarbures non conventionnels. Cela mettrait donc un terme à toute recherche autour de l’exploration des gaz de schiste.

Astrid Gouzik

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Alex
15/12/2012 07h27 - Alex

Si je puis me permettre il y a une grosse différence entre condamnation de Servier dans votre titre et mise en examen dans l'article.
Condamnation est plus vendeur je comprends mais c'est tout simplement une fausse information.

Répondre au commentaire | Signaler un abus