Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

SFR nouvel allié de Dassault Systèmes dans le cloud computing

L'opérateur annonce ce 8 février mettre sur pied avec Dassault Systèmes un projet concurrent à Andromède, destiné à stocker des données informatiques françaises stratégiques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

SFR nouvel allié de Dassault Systèmes dans le cloud computing
SFR nouvel allié de Dassault Systèmes dans le cloud computing © Pascal Guittet

Dassault Systèmes, qui a quitté le projet Andromède en décembre dernier, aurait donc trouvé un nouveau partenaire. Il s’allie à SFR pour tenter de concurrencer le consortium porté par l’Etat, Orange et Thales.

Le groupe Dassault Systèmes avait annoncé fin janvier son intention de proposer une offre concurrente. A l’époque le ministère de l’Industrie avait affirmé qu’il examinerait aussi ce projet une fois qu’il sera déposé. Ce jour, il estime que "cette annonce est une bonne nouvelle. C'est un signe de mobilisation des entreprises françaises sur l'enjeu stratégique du cloud computing. Le Fonds national pour la société numérique (FSN) peut tout à fait apporter son appui à plusieurs projets". Le ministère précise que le projet n'a pas encore été déposé.

Selon les analystes, le groupe a voulu quitter le consortium Andromède avant tout pour des questions de coûts. "Fin décembre, nous avons constaté que la structure de coûts (du projet) ne permettait pas d'avoir une solution compétitive car ces coûts étaient trop élevés. Donc on s'est retiré de la structure mais pas du projet, que je porte depuis deux ans et demi", avait expliqué Bernard Charlès, directeur général du concepteur de logiciels.

Pour l'heure, le groupe Dassault Systèmes qui présente ses résultats annuels jeudi 9 février n'a pas commenté l'information.

Le projet de consortium baptisé "Andromède" devait allier l'Etat français à Orange, Thales et Dassault Systèmes pour créer "de grandes centrales numériques européennes" aptes à stocker les données stratégiques des PME, grands groupes et administrations français. Initialement, l''Etat devait injecter 135 millions d'euros dans ce projet via la Caisse des dépôts tandis qu'Orange et Dassault Systèmes devaient mettre chacun 60 millions d'euros et Thales 30 millions.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.