Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

SFR-Numericable, pièce centrale d’un futur leader européen du très haut débit ?

Patrick Drahi, le patron du groupe Altice explique l’ambition du nouvel ensemble SFR-Numericable, dans le rapprochement du très haut débit fixe et mobile. Un moyen de rappeler ses engagements en France, remis en cause par le gouvernement.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

SFR-Numericable, pièce centrale d’un futur leader européen du très haut débit ?
SFR-Numericable, pièce centrale d’un futur leader européen du très haut débit ? © Emmanuelle Delsol

Voilà près de 7 ans que Patrick Drahi n’avait pas donné de conférence de presse, de son propre aveu. La prise de parole publique du PDG d’Altice, maison mère de Numericable, était d’autant plus attendue, ce 17 mars, que son entreprise a été choisie face au groupe Bouygues par Vivendi pour la reprise de SFR, dans le cadre d’une négociation exclusive de 3 semaines. Et qu’Arnaud Montebourg, Fleur Pellerin et même la Caisse des dépôts ont jeté le doute durant le week-end sur la transformation de cette négociation en rachat effectif. 

Le patron d’Altice n’a cependant pas souhaité répondre sur le même ton que celui du gouvernement, saluant même le travail de ce dernier. "Je trouve normal qu’Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin protègent l’emploi", a-t-il ajouté, non sans ironie, faisant allusion bien sûr à ses propres engagements, et non à ceux du groupe Bouygues en la matière.

3 milliards d’investissements en France

Piqué au vif par les nombreuses critiques à l’égard de sa fiscalité et de celle de son groupe, Patrick Drahi a émaillé sa présentation de tous les engagements en France et autres atouts pour le pays du mariage SFR-Numéricable. Ainsi prendra-t-il la présidence du conseil d’administration du nouvel ensemble, comme le lui auraient demandé, laisse-t-il entendre, les ministres. Il promet aussi 3 milliards d’euros d’investissement en France, et répète à l’envi la liste de ses fournisseurs français. Réponse directe aux appels répétés d’Arnaud Montebourg au patriotisme des opérateurs.

Ainsi a-t-il évoqué la fusion qu’il vient tout juste de réaliser avec Outremer Telecom qui engendre le développement du réseau 4G avec des équipements Alcatel-Lucent. Et de rappeler également que la Box de Numericable est conçue par Sagemcom et qu’il l’a exportée dans toutes ses filiales… Enfin, même si l’entreprise est tenue de réserver les détails aux partenaires sociaux, il rappelle que son offre contient depuis le départ la promesse de ne pas supprimer des emplois, voire d’en créer… "SFR et Numericable réunis ont une force commerciale d’environ 400 personnes, il nous en faut 600, affirme par exemple le patron d’Altice. Nous sommes en sous-effectif dans la partie entreprise de Numericable (Completel, NDLR), et nous n’arrivons qu’à traiter 35% des appels d’offres."

De la grande valeur des câblo-opérateurs

Il a également rappelé la dimension européenne de son entreprise (8 pays en dehors de la France) et sa volonté de procéder à d’autres rapprochements dans le mobile, en se focalisant uniquement sur le très haut débit. "Aujourd’hui, on a ce petit écran, a expliqué Éric Denoyer, PDG de Numericable, en montrant son smartphone, on regarde de la vidéo. En mobile, puis en Wi-Fi quand on rentre chez soi."

La vidéo, reine des réseaux, qui fait monter partout dans le monde la valorisation des câblo-opérateurs. Celle qui pousse le géant européen du mobile Vodafone à s’accaparer le câblo-opérateur espagnol Ono ce même 17 mars. "Quelques mois après avoir racheté un autre câblo-opérateur allemand", ajoute Patrick Drahi, qui trouve dans les opérations de Vodafone un argument de poids pour faire passer le message du rapprochement SFR-Numericable.

"En Belgique, aux Pays-Bas, aux États-Unis, au Canada, le réseau câblé est le vecteur naturel de la croissance du très haut débit", estime-t-il. Même si la France, dopée par son quadruple play ADSL n’a pas suivi le mouvement, le patron d’Altice y voit un mouvement mondial de rapprochement des réseaux très haut débit fixe et mobile dans lequel il s’inscrit.

Et la valeur des câblo-opérateurs a sans doute joué en partie dans la confiance que les banquiers ont apportée à Numericable pour le rachat de SFR. Pour le patron d’Altice, la vision est claire. Dans le fixe, c’est la fusion d’un réseau de fibre optique qui relie les villes - celui dont SFR a hérité par croissance externe au fil des ans le long des autoroutes et voies fluviales - et de l’infrastructure fibre de Numericable au sein des villes. Une infrastructure qui constitue aussi un solide réseau de collecte, indispensable au très haut débit mobile.

Emmanuelle Delsol

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

VADSARIA
20/03/2014 10h20 - VADSARIA

Dans Numéricable, il y a câble. Pour déployer la fibre optique via le câble, il faut creuser, installer des câbles. Et ça coûte cher. Le temps de déployer le réseau, les progrès techniques qui ne connaissent pas la 'pause', vont améliorer la VDSL2. Peut-être en puissance 10. Qu'allons-nous faire alors de cette nouvelle ligne Maginot version numérique (ou BeBop, vous vous rappelez ?) qu'est le câble ? Merci de me contredire !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media