SFR s'empare de Covage pour accélérer sur la fibre optique

SFR est entré en négociations exclusives avec l’actionnaire principal de Covage en vue du rachat de l'entreprise d'ici à la fin du premier semestre 2020. Le groupe de Patrick Drahi serait prêt à débourser 1 milliard d’euros pour mettre la main sur le quatrième opérateur français d’infrastructures de fibre optique. Une opération qui lui permettra de raccorder immédiatement 2,4 millions de foyers supplémentaires dans le pays.

Partager
SFR s'empare de Covage pour accélérer sur la fibre optique

C’est une acquisition stratégique. SFR a annoncé ce lundi 25 novembre 2019 être entré en négociations exclusives avec les actionnaires de Covage pout racheter l'entreprise. Le fonds Cube, qui détient 50 % de l’opérateur d’infrastructure de fibre optique, voulait vendre ses parts pour tirer parti de la flambée de sa valorisation depuis janvier.

Il espère obtenir pas moins d'un milliard d’euros à travers cette opération, que l’entreprise de Patrick Drahi voudrait boucler d’ici au printemps prochain. Une somme de 465 millions d’euros sera directement réglée par Altice, et les partenaires financiers de sa filiale SFR FTTH (OMERS Infrastructure, Allianz Capital Partners et AXA Investment Managers Real Assets) engageront le même montant. Les 70 millions d’euros restants seront couverts par une levée de dette.

2,4 MILLIONS DE FOYERS RACCORDéS

Covage est aujourd’hui le quatrième opérateur d’infrastructure télécom en France. L’acquérir permettrait à l’opérateur au carré rouge d’accélérer sur la fibre optique (FTTH), alors qu’il est à la traîne face à la concurrence. SFR a, en effet, longtemps fait le choix de la fibre coaxiale (FTTLa), un héritage de Numéricable qui est sur le déclin. Spécialisé dans le déploiement de la FTTH depuis 2006, Covage exploite à date 46 réseaux d’initiatives publique ou privée – soit quelque 2,4 millions de foyers raccordés. Et autant de prises à ajouter aux 5,4 millions de foyers déjà éligibles chez SFR. "Nous sommes extrêmement fiers d’intégrer Covage, qui possède un portefeuille de zones couvertes en fibre complémentaire au nôtre. Cette opération nous apporte également un excellent ancrage local", a expliqué Patrick Drahi, président d’Altice Europe.

Un virage majeur pour Altice

Patrick Drahi a cherché à rassurer sur la santé financière de son groupe, pour lequel l’acquisition de Covage représente un nouvel investissement d’ampleur. "Nous continuons de nous concentrer sur le désendettement d’Altice Europe, grâce à des revenus ainsi que des bénéfices avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) en hausse. Nous sommes en discussions avancées avec diverses tierces parties en vue de rapprochements avec notre division fibre au Portugal. Toute cette procédure vient en soutien à un grand appétit de l’Europe pour la fibre, que l’acquisition de Covage vient appuyer et que nos partenaires financiers soutiennent fortement", a détaillé l’homme d’affaires.

L’opérateur avait signé un partenariat avec Free en vue de l’exploitation de ses infrastructures. Cela devait permettre à l’entreprise de Xavier Niel de proposer progressivement ses offres sur 1,4 millions de prises fibre supplémentaires d’ici à 2023. L’annonce du rachat de Covage rebattra-t-elle les cartes ?

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS