Shield AI lève 60 millions de dollars pour automatiser drones et avions de chasse

Shield AI lève 60 millions de dollars, ce qui porte le total de sa série E à 225 millions de dollars. La start-up américaine développe un logiciel qui peut rendre les avions de chasse complètement autonomes.

Partager
Shield AI lève 60 millions de dollars pour automatiser drones et avions de chasse
Un F-16 équipé du logiciel Hivemind de Shield AI.

Shield AI, société technologique américaine spécialisée dans la défense et les solutions d'automatisation d'aéronefs, lève 60 millions de dollars supplémentaires auprès d'US Innovative Technology Fund (USIT).

Un apport financier, annoncé le 13 décembre 2022, qui vient compléter sa levée de fonds en série E dont le montant global s'élève à 225 millions de dollars, dont 150 millions en equity et 75 millions en dette. La start-up compte parmi ses précédents investisseurs Snowpoint Ventures, Riot Ventures, Disruptive, Homebrew, Point72 Ventures, Andreessen Horowitz, Breyer Capital et SVB Capital.

Automatiser les avions et drones de combat

Shield AI développe ce qu'elle appelle un "pilote d'intelligence artificielle" pour les avions. Son logiciel Hivemind vise à automatiser les avions militaires (et commerciaux) pour réaliser des missions comme la pénétration des systèmes de défense aériens et les combats aériens.

Le système repose sur des algorithmes pour la planification et la cartographie en temps réel afin de permettre aux aéronefs d'exécuter des manœuvres de vol dynamiques en vue de la réalisation de leurs missions. Le logiciel permet une autonomie totale, selon la start-up, et peut fonctionner dans un environnement à haut risque sans GPS et sans communication. Des technologies d'apprentissage par renforcement sont utilisées pour l'apprentissage et l'exécution de tactiques de combat gagnantes.

Hivemind vise également à permettre à des essaims de drones et d'avions de fonctionner de manière autonome, sans communication ou pilote. Le système est paramétré pour réagir au champ de bataille sans forcément connaître toutes les informations en amont. La start-up propose une solution de dégagement intérieur des bâtiments avec le drone Novas, la pénétration des systèmes de défense aériennes avec des V-BAT, et des combats aériens avec des F-16.

Par exemple, le système mis au point la start-up était à la manœuvre lors du concours AlphaDogfight de la Darpa qui a opposés plusieurs systèmes automatisés dans des joutes aériennes simulées à bord d'avions de chasse F-16. Concours qui a vu le pilote humain se faire battre par une technologie d'intelligence artificielle en final. Mais plus globalement la start-up commercialise déjà son logiciel.

De l'argent pour la défense

"Nous croyons fondamentalement que la plus grande victoire ne nécessite aucune guerre, c'est pourquoi la technologie de dissuasion comme les pilotes d'intelligence artificielle pour la défense est si cruciale", assure Brandon Tseng, le cofondateur et présidence de Shield AI, dans un communiqué. La start-up explique chercher à mettre au point des essaims d'avions intelligents afin de dissuader d'éventuels ennemis d'une éventuelle attaque.

Shield AI a des bureaux à San Diego, Washington DC, Dallas et Abu Dhabi. Elle n'est pas la seule start-up dans la défense à lever des sommes conséquentes. Récemment Anduril, qui est spécialisée dans la détection des drones et des intrus, a levé 1,48 milliard de dollars. En France, la toute jeune Delfox a levé 1,25 million d'euros de MBDA et Naval Group, comme le relève Les Echos. Elle développe une technologie visant également aux drones, que ce soit dans les airs, l'espace ou sous l'eau, de piloter de manière autonome.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS