Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Shopopop déploie la livraison collaborative avec Casino Supermarchés et Géant Casino

Les deux enseignes alimentaires du groupe Casino testent depuis le mois de mai ce service de covoiturage de courses entre particuliers, mis au point par la start-up Shopopop. Plus de 100 magasins devraient le proposer d’ici octobre prochain. Un nouveau succès pour la pépite nantaise, dont le développement à l'international devrait se concrétiser. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Shopopop déploie la livraison collaborative avec Casino Supermarchés et Géant Casino
Shopopop déploie la livraison collaborative avec Casino Supermarchés et Géant Casino © Shopopop

Les enseignes Casino Supermarchés et Géant Casino annoncent ce 23 juillet déployer la solution de livraison collaborative de la start-up française Shopopop. La signature de ce partenariat, qui vise plus de 100 supermarchés d’ici octobre prochain, fait suite à un test, mené depuis mai dernier auprès de 38 magasins répartis dans toute la France, et jugé concluant. "Nous avons réalisé 1 000 livraisons en deux mois, c’est un très bon démarrage", explique avec Johan Ricaut, cofondateur de Shopopop, à L’Usine Digitale.

Le partenariat repose sur le maillage territorial des enseignes Casino et la communauté de particuliers-livreurs, baptisés "shoppers". "La solution Shopopop nous permet d’ajouter une nouvelle option de livraison à nos clients", explique Thomas Canu, directeur e-commerce des enseignes Casino, qui souligne la "tendance de la consommation collaborative".

Des partenariats avec e.Leclerc, Intermarché, Système U et Carrefour
Start-up fondée à Nantes en 2016, Shopopop a mis au point une solution de de livraison collaborative des courses à domicile entre particuliers. Elle met en relation des clients qui souhaitent se faire livrer leurs achats et une communauté de livreurs qui cherchent à optimiser leurs trajets quotidiens et compléter leurs revenus. Ils profitent d’un trajet déjà prévu pour livrer une commande, dont le prix de livraison dépend entre autres du volume et poids. Ils sont rémunérés entre 6 et 20 euros par livraison.

De son côté, l’enseigne peut développer un service de livraison express à moindre coût, notamment dans les zones rurales et périurbaines, puisqu’elle n’a ni besoin de recruter des livreurs ni d’investir dans une flotte de véhicules. La pépite tricolore travaille déjà avec Leclerc, Intermarché, Système U et depuis peu avec Carrefour dans le cadre d’une première expérimentation. Ce nouveau partenariat pourrait prendre encore davantage d'ampleur, en ouvrant à la start-up les portes des autres enseignes du groupe de distribution. Pour rappel, le groupe Casino est également propriétaire de Monoprix, Franprix, Leader Price, Vival, Spar, Sherpa ou encore Cdiscount.

De prochaines expérimentations en Europe
Dans le contexte du Covid-19, ce partenariat témoigne par ailleurs de la quête des retailers pour trouver des solutions logistiques rapides et honorer une hausse, à la fois brutale et pérenne, des commandes en ligne survenue lors du confinement. Le groupe Casino travaille ainsi avec Uber Eats et Deliveroo depuis le printemps. Des alliances logiques pour le cofondateur de Shopopop, et qui ne sont pas vraiment en concurrence avec sa propre solution. "Ce n’est pas le même type ni le même volume de courses, notre solution est pertinente pour les gros paniers familiaux", souligne-t-il 

Shopopop revendique à date plus de 1 000 commerces partenaires en France et 55 000 "shoppers". Elle opère dans les grandes agglomérations, comme Nantes, Rennes, Lille, Lyon, Bordeaux, Marseille, ainsi que dans des villes de taille moyenne ou en zones rurales. Le service est actif dans 90 départements français.

Shopopop, qui a levé 4 millions d'euros en janvier, devrait prochainement se déployer au niveau national avec deux enseignes spécialisées, l’une dans le textile, et l’autre sur la bureautique. La société souhaite également se développer sur les commerces de proximité et le secteur de la maison et de l’équipement.

Enfin, elle est en train d’engager des premières expérimentations en Belgique, Italie et au Portugal avec des enseignes alimentaires locales, et n’exclut pas des acquisitions pour accélérer son développement à l’international. La jeune pousse, qui emploie 44 personnes, devrait afficher un chiffre d’affaires de l’ordre 150% en 2020.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media