Si Israël ne brille pas en sport, la start-up nation se distingue dans la "sport tech"

Près  de 100 start-ups sont actives dans le domaine du sport en Israël. Avec un nouveau fonds d’investissement, un accélérateur et des innovations pertinentes, un nouvel écosystème voit le jour.

Partager
Si Israël ne brille pas en sport, la start-up nation se distingue dans la

Le sport de haut niveau n’est pas vraiment leur point fort. Les Israéliens n’ont disputé qu’un mondial de football et ils ne récoltent habituellement qu’une ou deux médailles lors des Jeux Olympiques. En revanche, le monde de la high-tech israélienne se passionne pour le secteur, comme le démontre le succès de plusieurs start-ups. Parmi elles, Replay Technologies. Acquise par Intel pour 170 millions de dollars en 2016, la start-up a développé un système avancé permettant de visualiser les événements sportifs à 360 degrés. Avec 28 caméras placées autour du terrain de basket ou de baseball, le spectateur peut revoir les actions de jeux sous plusieurs angles dont la caméra subjective. Déjà utilisé par la NFL (ligue de baseball US), la technologie a débarqué en Europe dans la ligue espagnole de football.

Au centre du jeu, la vidéo

La vidéo et la retransmission d’images sont des technologies très développées en Israël attirant les investisseurs du monde entier mais aussi des stars du sport. L’ancien numéro 1 ATP Novak Djokovic et l’ancien champion de tennis Pete Sampras ont ainsi investi dans Playsight, une start-up qui a développé la technologie “smartcourt”, un système de caméras adapté au départ pour les terrains de tennis et aujourd’hui utilisé dans 20 sports différents. L’idée est de retransmettre en direct les entraînements ou les matchs et d’analyser la performance des joueurs grâce à de multiples indices et statistiques. L’entreprise créée en 2011 a aujourd’hui pour clients des équipes de la NBA telles que les Phoenix Suns et les Golden State Warriors.

Adoptée par la précieuse ligue de basketball américaine, WSC Sports Technologies améliore quant à elle l'expérience des supporteurs. Ses produits créent automatiquement du contenu vidéo, adapté individuellement à chaque spectateur.

Le sport, c’est la santé

Dans un monde où les records se font de plus en plus rares, chaque détail compte. La high-tech au service des sportifs est en vogue et PhysiMax Technologies commence aussi à se faire un nom dans le milieu de la NBA et du sport mondial. La société utilise des caméras vidéo 3D qui filment et analysent les mouvements des athlètes. Des rapports détaillés évaluent les risques de blessures et permettent aux professionnels de concevoir des programmes correctifs. De son côté. ElmindA mesure l’activité neuronale et les risques provoqués notamment par les commotions cérébrales très répandues dans le rugby, le hockey ou encore le football américain.

Le milieu amateur est aussi concerné. Grâce à Lifebeam, on peut avoir un entraîneur personnel pour 250 dollars. L’entreprise a mis au point Vi, un logiciel IA inséré dans une montre ou un portable et qui communique grâce à des écouteurs. En utilisant des biocapteurs, des dispositifs de suivi et une application smartphone, Vi enregistre la vitesse, la distance, la fréquence cardiaque et la fréquence des pas pour chacune de vos courses. En temps réel, le coach rappelle des instructions, note vos progrès, ou vous dit d'arrêter de traîner. Vi prend également en compte des paramètres de santé.

Fanzone

Au coeur du monde sportif, le supporter. Là encore Israël innove et sa plus grande réussite pour le moment est Minute Media. Lancée en 2011, la jeune pousse développe des produits qui permettent aux fans de créer, publier, partager et distribuer des contenus sportifs (photos, vidéos...) dans le monde entier. Sa plateforme de football appelée 90 minutes connaît la croissance médiatique la plus rapide du monde avec plus de 70 millions de visiteurs uniques. En plusieurs langues et dans plusieurs pays, déjà présent en France, 90 minutes “s’attaque” à de nouveaux championnats chaque année. Avec le site 12up, Minute Media couvre aussi le marché sportif américain.

Un écosystème en construction

En 2016, 41 start-up israéliennes issues de la "sport tech" recevaient 380 millions de dollars d’investissement, selon la banque Deloitte. En février dernier, Ourcrowd, une plateforme de financement par capitaux propres, basée à Jérusalem, a lancé un fonds de capital-risque de 50 millions de dollars, Advantage, qui se concentre uniquement sur la technologie sportive. Au total, 15 entreprises en phase de démarrage seront sélectionnées. En 2017, la star du football israélien et l’ex-entraîneur de Chelsea Avram Grant avait inauguré le nouveau centre Olympia zone, le premier accélérateur israélien dédié au sport. En plus de fournir des bureaux aux start-up, Olympia Zone s’est muni d’un laboratoire sportif pour tester et exposer les nouvelles technologies. Au final, les start-ups ont doublé en deux ans dépassant la centaine en 2018, selon Deloitte. Un bon rythme pour maintenir la forme.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS