Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sigfox veut abaisser le coût des modules radio pour objets connectés à 20 centimes de dollars

Lors de sa première conférence internationale à Prague, Sigfox a dévoilé qu'il planchait sur un design électronique permettant de connecter des objets pour quelques centimes de dollars seulement. De quoi créer une nouvelle catégorie d'objets connectés.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Sigfox veut abaisser le coût des modules radio pour objets connectés à 20 centimes de dollars
Ludovic le Moan, PDG et co-fondateur de Sigfox, lors de sa première conférence internationale à Prague. © Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

Low power, low cost : depuis sa création, c'est le mantra de Sigfox. La start-up toulousaine développe (avec ses partenaires) un réseau permettant d'échanger des informations de façon frugale (avec une consommation d'énergie limitée) et très peu chère. Pour y parvenir, elle cherche à faire baisser le prix de la connectivité et des composants permettant de rendre les objets communicants. 


"Tout le monde riait il y a un an quand nous évoquions un modem à 1 ou 2 dollars. Nous y sommes aujourd'hui", rappelle Christophe Fourtet, co-fondateur de Sigfox. Diviser encore le prix du hardware par dix pour envoyer des messages de quelques octets : cela ne fait pas peur à Sigfox, qui se rapproche de cet objectif.

 

design électronique open source

Ses équipes ont conçu un schéma électronique (une référence design) permettant de faire émettre un objet avec un hardware ultra-simplifié. Elle compte partager ce design en open source dans les prochaines semaines ; ce sera aux fabricants et à la communauté de développeurs de s'en emparer, s'ils le souhaitent. Avec cette solution, le coût des composants radio ne dépasserait pas les 20 centimes de dollars, auxquels il faudrait ajouter quelques centimes pour une mini-pile. Certains composants pourraient même être imprimés. Cette solution ne serait pas plus chère ni plus compliquée que le hardware de communication de la télécommande d'une porte de garage, par exemple.

 

Sigfox n'aura qu'à mettre à jour son réseau pour "écouter" ces objets ultra basse consommation et ultra low-cost. Il a d'ailleurs prévu de lancer un service de connectivité simplifié pour cette catégorie d'objets, baptisé "Admiral Ivory" – le service de connectivité standard de Sigfox étant renommé "Admiral Blue".

 

Des objets connectés jetables, de nouveaux business models associés

On pourrait donc connecter des objets pour quelques dizaines de centimes de dollars, ce qui ouvre la voie à de nouvelles catégories d'objets connectés et de cas d'usages. "Des objets connectés jetables, par exemple", avance Ludovic le Moan, PDG et co-fondateur de Sigfox. "Imaginez un système d'alarme conçu pour ne donner l'alerte qu'une seule fois". Un bracelet connecté qui enverrait une notification en cas d'exposition trop longue au soleil, un "tracker" jetable lié au partage d'une voiture, un patch connecté de contrôle du glucose... les cas d'applications paraissent infinis.


Cette architecture permettrait aussi de connecter des objets de tous les jours beaucoup plus simplement, à un prix très faible. "On pourrait relier au cloud des sonneries d'entrée ou station météo pour quelques centimes d'euros. Ces objets à 9-10 euros auraient d'un coup la même valeur que des produits actuellement vendus à 90-100 dollars", explique Ludovic le Moan.

 

Sigfox, une keynote technologique par an

Sigfox a d'autres innovations matérielles et logicielles dans ses tuyaux, notamment en lien avec la récupération d'énergie (energy harvesting). Près de la moitié de ses 400 salariés travaillent sur des innovations technologiques. La start-up compte en présenter chaque année lors de son propre événement, le Sigfox IoT World Expo (organisé pour la première fois à Prague en République tchèque), plutôt que dans de grandes conférences du secteur, comme le Mobile World Congress de Barcelone. "On veut sortir du bruit dans lequel on nous enferme", résume Ludovic le Moan.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale