Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Simplon s'allie à Microsoft pour former ses étudiants à l'intelligence artificielle

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le développement des technologies d'intelligence artificielle nécessite des experts en apprentissage automatique et des gourous de la data. Mais l'essor de l'IA crée aussi des besoins au niveau de métiers intermédiaires. Les entreprises peinent à recruter des personnes sachant nourrir et entraîner ces nouveaux moteurs de l'économie. L'école numérique Simplon lance, en partenariat avec Microsoft, une formation gratuite pour combler ce gap.

Simplon pense que tout le monde (ou presque) peut manier l'intelligence artificielle
Simplon s'allie à Microsoft pour former ses étudiants à l'intelligence artificielle © Frederic b.

Vous pensez que les métiers autour de l'intelligence artificielle ne sont pas faits pour vous ? Trop inaccessibles ? Simplon entend bien mettre un terme à cette auto-censure. L'école du numérique, qui vise notamment les personnes issues de quartiers populaires, peu diplômées et les femmes, lance en janvier prochain une formation gratuite de "Développeur.se data I.A".

 

Des métiers intermédiaires

De quoi ? "Les développeurs (ou développeuses, ndlr) data IA ont pour mission de manipuler les données pour nourrir des moteurs d'intelligence artificielle sur lesquels tournent des algorithmes de machine learning", explique Frédéric Bardeau, l'un des cofondateurs de l'école. "Nous faisons une veille sur les besoins en recrutement et dès que l'on repère quelque chose de récurrent et qui se trouve dans les cordes de notre public, nous lançons une formation. Les compétences de data scientists sont en tension mais il y a aussi de la tension sur les métiers intermédiaires pour donner à manger aux intelligences artificielles", poursuit-il.

 

Comme pour les autres formations proposées par Simplon, ce programme s'adresse aux personnes inscrites à Pôle emploi. En revanche, un certain nombre de prérequis sont nécessaires pour pouvoir candidater. "La formation concerne des personnes qui ont un minimum de compétences en algorithmie et en développement informatique. Il faut avoir des connaissances en Python et en R (des langages de programmation, ndlr), pour mettre en ordre les données, préparer les requêtes. Une fois que les moteurs d'intelligence artificielle ont été entraînés, il faut les encapsuler dans des services et des applications comme des chatbots. Cette partie nécessite des compétences web", détaille Frédéric Bardeau.

 

Des technos Microsoft, mais pas que

La formation s'articulera autour d'une période d'apprentissage par projets de 7 mois puis d'une dizaine de mois en alternance. La première partie se déroulera dans les locaux de Microsoft, sponsor du programme. Outre l'hébergement, Microsoft mettra à disposition des étudiants sa puissance de calcul, son cloud Azure, ses services cognitifs et son matériel de formation interne. S'ajoute une participation financière dont le montant exact reste confidentiel. "Ce n'est pas une formation sur les technologies de Microsoft", anticipe Frédéric Bardeau. "Il y aura aussi une initiation à IBM Waston, du Bluemix ou encore du Google", assure-t-il.

 

Le soutien de l'entreprise de Redmond n'est, bien sûr, pas totalement désintéressé. "Les partenaires de Microsoft (qui utilisent ses solutions technologiques ndlr) sont très demandeurs de ce type de profil", reconnaît le cofondateur de l'école. Ce n'est toutefois pas la première fois que Microsoft appuie des initiatives liées à l'apprentissage du numérique. Le géant de la tech organise, par exemple, régulièrement des classes à destination des élèves de primaire sur son site d'Issy-les-Moulineaux. 

 

Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 31 décembre prochain. Les aspirants seront sélectionnés au regard de critères sociaux et selon leur motivation, leur état d'esprit et leur niveau concernant les prérequis. La sélection s'effectuera sur tests et entretiens. "On ne recherche pas des Ninjas", (r)assure en plaisantant Frédéric Bardeau. La promotion devrait compter environ 25 étudiants et les deux partenaires espèrent qu'au moins 40% d'entre eux seront des femmes. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale