Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Simulateur-municipales.fr, un site pour mieux comprendre les élections

Alors que les élections municipales approchent à grand pas, deux "seniors" du numérique de Bourgogne-Franche-Comté ont imaginé le site simulateur-municipales.fr pour évaluer le nombre d’élus en fonction des estimations sur le score à venir. Une occasion de montrer leur savoir-faire alors qu’ils finalisent la création de leur entreprise atypique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Simulateur-municipales.fr, un site pour mieux comprendre les élections
Simulateur-municipales.fr, un site pour mieux comprendre les élections © Mairie de Vendenheim

Connaître le nombre de candidats d’une liste électorale qui occuperont un siège au conseil municipal sans avoir une maîtrise en statistique est désormais possible. Le site simulateur-municipales.fr se veut un outil simple pour comprendre les sondages. "Les formules de calcul ne sont pas à la portée de tout le monde, notamment à cause des particularités de certaines communes", explique Michel Chevassu, l’un des cofondateurs de la plate-forme.

 

400 visiteurs uniques après la première semaine

Avec son associé Christophe Boutet, il a collecté des données pour que la totalité des communes françaises soient recensées sur le site et y intégré les résultats des élections municipales 2014. Il prend également en compte les spécificités des nouvelles communes nées des fusions. "A l’occasion de ces élections, elles auront un régime spécial avec un nombre de conseillers municipaux plus élevé que leur tranche de population", poursuit-il.

 

Bien qu’ils imaginaient des calculs plus simples au moment où ils se sont lancés dans le processus, les deux associés se réjouissent du résultat. "Le numérique est accusé de faire ressortir les mauvais côtés de chaque chose. Nous pensons qu’une société qui ne partage pas se sclérose. Nous voulons redonner de la compréhension aux citoyens". Lancé mi-février, l’outil voit déjà ses premiers utilisateurs venir et revenir tester le logiciel. "Sans chercher particulièrement à communiquer, on a constaté quelques pics à 400 visiteurs uniques au bout d’une semaine tandis que les élus que nous avons rencontrés voient d’un bon œil notre site."

 

 

Preuve de savoir-faire

Outre le souhait de faciliter la compréhension des résultats aux élections, les deux associés ont aussi voulu montrer leurs compétences à quelques mois du lancement de leur activité. Au printemps, Michel Chevassu et Christophe Boutet donneront naissance à leur société coopérative, baptisée "Débutant.e AccepT", qui "n’embauchera que des débutants à la recherche de leur première expérience professionnelle pour des contrats de 12 à 24 mois au plus." Partis du constat que 20 à 30% des jeunes peinent particulièrement à trouver un premier emploi, ils ont souhaité montrer qu’une entreprise du numérique peut être concilier à des valeurs sociales.

 

Désireux d’accompagner des entreprises ou des collectivités autour des problématiques de smart city, de territoire intelligent ou de milieu rural connecté à travers l’exploitation de données, le cofondateur rappelle que l’entreprise n’aura rien d’un centre de formation. "Malgré un niveau d’encadrement plus poussé et une méthodologie de gestion de projet qui autorisera quelques erreurs, nous garderons un souci de productivité et nos clients auront les mêmes attentes de résultat, même s’ils soutenaient notre démarche".

 

Michel Chevassu se dit convaincu d’être un chaînon manquant face à une problématique récurrente de l’emploi. "Débutant.e AccepT" prévoit d’engager cinq à six collaborateurs débutants dès ses premiers mois.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media